La cérémonie d’ouverture de l’atelier de renforcement des capacités des associations de défense des droits des femmes, d’OSC et des défenseures des droits humains sur les mécanismes d’échange avec les acteurs gouvernementaux  ( Ministères, Assemblée nationale, Conseils régionaux) s’est tenue ce lundi 13 janvier 2020 au centre Haoua KEÏTA de Bamako avec comme principal objectif, renforcer la capacité des acteurs concernés. La cérémonie d’ouverture dudit atélier a été présidée par le Représentant du Ministère de la promotion de la Femme, de l’Enfant  et de la Famille avec à ses côtés le Représentant du Haut Commissariat pour les Réfugiés, M.Pierre CAMARA et le Maire de la Commune III.

Initié par  l’union européenne (UE) et l’Organisation des Nations Unies (ONU),  le programme initiative Spotlight vise  à éliminer toutes formes de violence à l’égard des femmes et des filles ainsi que des personnes victimes de discrimination croisée. Il a été mis en œuvre par cinq agences du Système des Nations Unies à savoir, (ONUFEMMES, PNUD, UNHCR et UNICEF) en partenariat avec la Délégation de l’Union Européenne au Mali, le Gouvernement du Mali à travers des ministères de tutelle et OSC dans les domaines constituant les six piliers.

C’est dans ce cadre que cet atelier de deux jours est dédié au renforcement des capacités des associations de défense des droits des femmes, d’OSC et des défenseures des droits humains sur les mécanismes d’échange avec les acteurs gouvernementaux (Ministères, Assemblée nationale, Conseils régionaux). A cet effet, il a vu la participation de 50 membres dont 25 de chaque association retenue.

Ces sessions de renforcements de capacités sont d’autant opportunes que la connaissance par les citoyens, les membres d’associations de droit de l’homme et de promotion des droits à la santé sexuelle et reproductives, ainsi que des mécanismes de négociation qui les font avancer est un passage indispensable pour la protection des femmes et des filles, d’une part, et le plaidoyer pour le respect, la réalisation et l’évolution des droits qui protègent les femmes, les jeunes, les enfants et les personnes victimes de discrimination croisée d’autre part.

Dans son allocution, le  Représentant du Ministère de la promotion de la Femme, de l’Enfant  et de la Famille, affirme que “Tenant compte de la situation particulièrement préoccupante des violences basées sur le genre et des violences faites aux femmes, le programme initiative spotlight a mis l’accent sur l’information, la sensibilisation et la formation des parties prenantes dans les zones d’intervention ciblées d’où la pertinence de l’organisation du present atelier…. le programme Spotlight, participe sans nul doute, à l’atteinte des objectifs du gouvernement malien. »

Quant à M. Pierre CAMARA « il est important que nous pensions à des solutions plus adaptées face à cette question de violence à l’égard des femmes et des filles, ainsi que des personnes victimes de discrimination croisée ».

A travers sa contribution et les instruments juridiques internationaux et régionaux qu’il a ratifié, le Mali reconnait et garantit les droits de l’Homme : droit Civils et politiques, droit économiques, sociaux et culturels, droits de la  solidarité, ainsi que les droits spécifiques, relatifs à la femme et à l’enfant.

Ainsi ce projet couvrira les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et le District de Bamako et durera jusqu’en 2030.

Il est à signaler qu’en 2019, le Mali a enregistré  3330 cas de violence basée sur le genre avec une prédominance de violences sexuelles de 57% dont 12% de viol.

 

AFANOU KADIA DOUMBIA, stagiaire 

MaliwebSociété
La cérémonie d’ouverture de l’atelier de renforcement des capacités des associations de défense des droits des femmes, d’OSC et des défenseures des droits humains sur les mécanismes d’échange avec les acteurs gouvernementaux  ( Ministères, Assemblée nationale, Conseils régionaux) s’est tenue ce lundi 13 janvier 2020 au centre Haoua KEÏTA...