Les experts, diplomates accrédités au Mali et invités ont tous honoré leur présence à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye (EMP-ABB) pour mener des réflexions et échanges sur une paix durable. C’était ce mercredi 21 septembre 2022. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le représentant du ministre de la Défense et des anciens Combattants, général, Sidiki Samaké en présence du directeur général de l’EMP-ABB, colonel Souleymane Sangaré.

Le 21 septembre de chaque année, l’ONU invite tous les peuples à déposer les armes et à réaffirmer leur volonté de vivre en harmonie les uns avec les autres. Le thème de la journée de cette année porte sur « l’Evolution des Opérations de Paix (OP) : Défis et Perspectives dans un environnement complexe » avec comme objectif général, évaluer les doctrines et approches régissant les opérations de paix face à la complexité de l’environnement actuel. Selon le représentant du ministre de la Défense et des anciens Combattants, général Sidiki Samaké, un tel environnement nécessite une compréhension et une évaluation correctes des enjeux et défis, afin de faire des choix les plus pertinents possibles. C’est pourquoi, il est important de prendre le temps de la réflexion afin d’échanger autour de la notion de paix et de l’approche qui semblerait être la plus pertinente pour accompagner au mieux les Opérations de Paix (OP) dans le monde. « Les solutions politiques sont souvent absentes et les missions de paix ont des mandats, le plus souvent inadaptés. Des menaces complexes dans plusieurs environnements provoquent une augmentation du nombre de victimes et de blessés. Les missions ont parfois manqué de personnel et d’équipement pour faire face à ces menaces. Les opérations de maintien de la paix ont également rencontré des difficultés pour s’acquitter de mandats de protection, pour contribuer à une paix durable à long terme, et pour parvenir à la cohérence avec d’autres acteurs opérant dans les mêmes contextes », a-t-il souligné. À en croire le général Samaké, les mandats ne sont toujours pas adaptés aux réalités du terrain. C’est pourquoi, il exhorte les chercheurs panélistes à faire des évaluations pertinentes pour aboutir à des propositions concrètes à adresser à qui de droit, afin que les missions de maintien de la paix des Nations-Unies soient efficaces et que les Nations-Unies demeurent le garant de la paix et la sécurité mondiale.
Ainsi, le directeur général de l’EMP-ABB, le colonel Souleymane Sangaré a indiqué que cette journée de célébration de la paix nous donne l’opportunité de nous réunir et d’échanger autour des nouveaux enjeux, défis et perspectives auxquels nous devons faire face en tant qu’organisation, institution ou citoyen-acteur au service de la paix.

Falaye Sissoko

Source: Canard déchainé