Bamako, 22 novembre (AMAP) Le jeune Kassim, âgé de 20 ans, a été condamné à perpétuité, par la Cour d’assises de Bamako, pour avoir égorgé, de sang-froid, le fils de son voisin, malgré sa tentative de justifier son acte par la démence, a appris l’AMAP.

Le 23 novembre 2017, à Kora, dans la Commune rurale de Garalo, Bakary Sangaré emprunta la charrette de son voisin, Adama Samaké, pour transporter à la maison sa récolte de maïs. Celui-ci chargea. à son tour son garçon, Moussa Samaké, âgé seulement de 9 ans de conduire la charrette pour cette tâche.

Bakary Sangaré se chargeait, lui-même, de transporter les sacs de maïs sur sa moto, pendant que son frère cadet, Kassim Sangaré, et le petit Moussa Samaké, transportaient le maïs dans la charrette.

Après quelques rotations entre le champ et le village, Kassim Sangaré et le petit Moussa Samaké ont fini par se retrouver seuls au champ pendant que Bakary était à la maison.

C’est ainsi que, sans aucune forme de procès, Kassim Sangaré bondit sur Moussa Samaké. Il le plaqua au sol, le maîtrisa et l’égorgea avec son couteau. Après son forfait, il abandonna le corps sans vie de sa victime, dans un puits abandonné, et le cacha avec des branchages.

A l’audience, sans ambages, Bakary a reconnu les faits. Mais, il a, tout de suite, mis son acte sur le compte de sa démence.

Les jurés ne l’ont pas crû. Pour eux, il n’était pas fou ou malade mentalement quand il commettait son crime.  “Comment un fou peut tuer et aller cacher le corps de sa victime ?”s’est interrogé un juré de la Cour.

Le ministère public n’a pas voulu s’attarder sur le débat, après que les faits ont été reconnus par l’inculpé. Il a requis de le maintenir dans les liens de l’accusation.

La Cour a reconnu l’accusé coupable des faits sans le bénéfice de circonstances atténuantes. Et l’a, ainsi, condamné à la réclusion à perpétuité.

TC/MD (AMAP)

MaliwebJustice
Bamako, 22 novembre (AMAP) Le jeune Kassim, âgé de 20 ans, a été condamné à perpétuité, par la Cour d’assises de Bamako, pour avoir égorgé, de sang-froid, le fils de son voisin, malgré sa tentative de justifier son acte par la démence, a appris l’AMAP. Le 23 novembre 2017, à Kora,...