Placé sous mandat de dépôt, le 26 août 2021, dans l’affaire dite des équipements militaires et de l’avion présidentiel, l’ancien premier ministre du Mali sous le régime IBK, Soumeylou Boubeye Maïga est décédé en détention à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako, le lundi 21 mars 2022. Son évacuation sanitaire vers une structure appropriée ayant été refusé par la justice malgré la célérité de dégradation de son état de santé engageait son pronostic vital et les nombreuses interpellations de sa famille, le Bureau Exécutif National du parti L’ASMA-CFP a annoncé engager des actions judiciaires pour faire toute la lumière sur les circonstances exactes de sa mort. L’information a été donnée à travers un communiqué publié le 19 mai 2022.

« Le Parti se réserve le droit d’initier toute action judiciaire, aussi bien au plan national qu’international, visant à faire la lumière sur les conditions de détention et les circonstances du décès du camarade président » indique ce communique qui a vivement dénoncé les circonstances de la mort de Soumeylou Boubeye Maïga en détention, le lundi 21 mars 2022. Selon le communiqué, les mauvaises conditions de détention qui ont conduit à la mort de la personnalité et l’homme politique interpellent toute l’opinion publique nationale et en premier lieu, les plus hautes autorités de l’Etat du Mali. Selon Asma, le camarade Soumeylou Boubeye Maïga était détenu à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako où, à son âge ; 67 ans, il partageait une cellule avec plus de quatre-vingt (80) autres détenus de tout genre et de toute cause. « Ainsi, la mort du camarade Soumeylou Boubeye Maïga était devenue inéluctable, survenue d’ailleurs pendant qu’il était privé de visites de ses proches, en ce compris les membres de sa famille, séquestré qu’il était. Les conditions de sa détention et sa mort, dans ces circonstances interpellent, au premier chef les autorités, interrogent et soulèvent de nombreuses questions qui méritent, voire commandent d’être répondues. Raison pour laquelle l’ASMA-CFP demande l’ouverture d’une enquête menée par une commission constituée de personnalités indépendantes en vue de faire toute la lumière sur les circonstances du décès du camarade Soumeylou Boubeye Maïga et de situer les éventuelles responsabilités » ont précisé les responsables du Bureau politique National du parti ASMA-CFP. Il estime que l’arrestation de son Président Soumeylou Boubeye Maïga ne visait qu’à faire taire un homme politique d’envergure. « En effet, quoi qui puisse être dit et excipé, elle est survenue quand l’homme a commencé à prendre des positions de plus en plus critiques et au moment où sa candidature aux élections présidentielles devant consacrer la fin de la Transition prenait corps » a-t-il précisé. Par ailleurs les membres du Bureau Politique National ont saisi cette occasion pour renouveler leur hommage au défunt président qui, selon eux, s’est toujours illustré par son engagement et sa détermination pour la cause de la nation. En fin ils ont tenu à présenter leurs condoléances les plus attristées et les plus émues à sa famille et aux proches durement éplorés du défunt tout en leurs formulant des prières pour le repos éternel de son âme de l’illustre.

Issa Djiguiba

Source: LE PAYS

MaliwebJustice
Placé sous mandat de dépôt, le 26 août 2021, dans l’affaire dite des équipements militaires et de l’avion présidentiel, l’ancien premier ministre du Mali sous le régime IBK, Soumeylou Boubeye Maïga est décédé en détention à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako, le lundi 21 mars 2022. Son évacuation...