Dans le cadre des Journées mondiales de l’habitat et des villes, célébrées chaque mois d’octobre de l’année, une conférence débat s’est tenue, courant jeudi 21 octobre 2021, à la mairie de la commune rurale de Kalaban-Coro. Avec comme thème « adapter les villes à la résilience climatique », la cérémonie a permis de sensibiliser les populations en expliquant  la loi domaniale foncière et ses textes d’application ; les opérations d’urbanisme et les équipements ; les occupations, les constructions illicites, et la sécurisation des espaces publics.

A l’instar des autres pays du monde, le Mali a célébré, ce 21 octobre, les journées mondiales de l’habitat et des villes (JMV). A Kalaban-coro, le maire a organisé une conférence débat qui était placée sous la houlette de Drissa Coulibaly, conseiller technique en charge des questions d’urbanisme du ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat, des Domaines, de l’Aménagement du territoire et de la population. Ont également participé à cette rencontre : le sous-préfet de Kalaban-Coro, le commissaire du lieu, les conseillers de la mairie, les populations et des experts des structures impliquées dans l’urbanisme au Mali.

D’entame de ses mots, le maire a annoncé que cette cérémonie est une première du genre à Kalaban-Coro. Tiécoura Amadoun Diarra a rappelé que sa commune est malheureusement confrontée à beaucoup de problèmes fonciers. Lesquels sont tributaires de l’obstruction des passages d’eau par des populations, à cause de l’irrespect des normes de l’urbanisme. Il a profité de l’occasion pour dénoncer l’occupation anarchique des domaines de l’Etat par des personnes nanties. Il a souligné plusieurs défis auxquels fait face la commune de Kalaban-coro.

S’adressant au représentant du ministre, il poursuivra en ces termes : « Monsieur le représentant, cette assemblée, loin d’être une tribune de diffamation, se doit de porter à la connaissance des autorités que vous êtes, les nombreuses spoliations d’équipements publics destinés aux besoins de base de la population ». Tous les jours que Dieux faits, dit-il, « nous, les maires et les conseillers, sommes régulièrement assignés en justice pour défendre les intérêts de notre commune en matière d’équipements ».

De nos jours à Kalaban-Coro, il y a plusieurs affaires de ce genre qui sont pendantes devant les tribunaux. Et d’arguer qu’il y a des fortunés et même des autorités qui ont bâti des complexes d’habitations, ou des affaires sur des équipements publics. Lesquelles personnes ne sont nullement inquiétées, suivant le maire.

Pour la célébration de ces journées, l’Organisation des Nations unies pour les établissements humains (ONU HABITAT) a, sur le plan mondial, retenu deux thèmes. Le 1er consiste à  « accélérer l’action urbaine pour un monde sans carbone » et le second vise à « adapter les villes à la résilience climatique », indique le représentant du ministre. Pour Drissa Coulibaly, ces journées permettront aux acteurs du secteur de mener des réflexions sur les politiques, les stratégies, les législations, et sur les règlements existants. Lesquels textes et visions consistent à améliorer les conditions de vie des populations dans un environnement saint et conforme non seulement aux normes en vigueur, mais aussi aux engagements du pays au plan international, a-t-il dit. Soulignant l’importance de la conférence débat, M. Coulibaly a évoqué la problématique de la maitrise de la croissance des cités maliennes. Une non-maitrise qui est due à beaucoup de maux. Il apparait donc utile de procéder au renforcement des concertations entre les décideurs et tous les acteurs locaux pour, indique-t-il, favoriser l’identification des actions prioritaires, dans le cadre d’un partenariat dynamique. Cela, pour circonscrire les installations anarchiques dans les réserves foncières de plus en plus limitées. Pour alors parvenir à cela, maintient-il, les autorités doivent s’atteler à créer les conditions de promotion d’une urbanisation durable à travers le pays. Aussi, a-t-il invoqué, les objectifs de développement durable (ODD) sont ancrés dans les actions entreprises par le domaine de l’urbanisme. Expliquant la gravité du sujet, il énonce « qu’une grande partie des êtres humains dans nos pays en voie de développements n’ont ni toit, ni installations sanitaires ».

Mamadou Diarra

Source: LE PAYS

MaliwebSociété
Dans le cadre des Journées mondiales de l’habitat et des villes, célébrées chaque mois d’octobre de l’année, une conférence débat s’est tenue, courant jeudi 21 octobre 2021, à la mairie de la commune rurale de Kalaban-Coro. Avec comme thème « adapter les villes à la résilience climatique », la cérémonie a...