Afin de permettre aux pèlerins maliens de faire un très bon hadj dans les lieux saints de l’islam, le ministère des Affaires religieuses du Culte et des coutumes, à travers la Maison du Hadj a organisé, du 13 au 15 juin à la Maison du hadj, des journées de formation et de sensibilisation placées sous la présidence du ministre de tutelle, Mahamadou Koné.

Ils étaient très nombreux à prendre part à cette formation théorique et pratique dispensée par des spécialistes en la matière à la Maison du Hadj de Bamako.  Selon le directeur de la Maison du Hadj, Dr Abdoul Fatah Cissé, pour que le pèlerin fasse un bon hadj il faut qu’il bénéficie en amont d’une bonne formation. C’est pourquoi, il a remercié le ministre des Affaires religieuses du Culte et des coutumes, Dr Mahamadou Koné, qui a beaucoup insisté sur la bonne tenue  de cette formation qui, d’ailleurs, a commencé depuis 6 à 7 mois en petits groupes. De la représentante des agences de voyage au représentant du Haut conseil islamique, tous ont salué cette initiative.

De son côté, le ministre Mahamadou Koné a donné l’assurance aux pèlerins que son département, la Maison du hadj et toutes les structures impliquées dans l’organisation de cette activité ne vont lésiner sur aucun moyen pour que ce hadj se déroule dans les meilleures conditions possibles, sur l’instruction directe du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta et son Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga. “Les plus hautes autorités nous ont demandé de prendre avec sérieux l’organisation du Hadj et pour cela j’ai reçu des instructions fermes du président de la Transition et du Premier ministre. C’est pour cela que nous nous sommes investis et nous allons nous mobiliser jour et nuit  pour que chacun et chacune de vous soit mis dans de bonnes conditions. Déjà, nous avons effectué plusieurs missions en Arabie Saoudite pour régler certains détails” a expliqué le ministre Koné.  Il a aussi révélé  que  grâce à l’accompagnement des autorités, les logements des pèlerins maliens à Médine et à la Mecque ne valent pas 100 mètres de la Kaaba. “Ce n’est pas une publicité, ni un langage politique parce que vous le méritez tout simplement” a soutenu le ministre  des Affaires religieuses du Culte et des coutumes, rappelant que la réussite de l’édition de cette année est un défi personnel pour lui car étant un arabophone.

“C’est pourquoi j’estime que la charge est très lourde pour moi car tout mon souci, ma préoccupation, est que vous soyez dans les meilleures conditions possibles lors du hadj” a-t-il ajouté. Le Ministre  a profité de cette occasion pour révéler que n’eut été l’implication des plus hautes autorités, notamment du colonel Assimi Goïta, le Mali n’allait pas participer au pèlerinage de cette année car, a-t-il poursuivi, notre pays est sur une liste rouge en Arabie Saoudite pour diverses raisons que le chef du département n’a pas voulu éclairer. Cependant, il a soutenu que le Mali est aussi confronté à un problème de crédit par rapport au hadj envers l’Arabie Saoudite.

“Depuis 2015 notre pays doit de l’argent dans le cadre du Hadj à la Mecque. Toute chose qui constituait aussi un handicap pour notre pays. Le président Assimi a eu à faire face à tout çà pour que vous puissiez participer cette année à la Mecque” a déclaré le Ministre, demandant au passage aux pèlerins la patience, l’esprit religieux et cultuel et surtout, de prier surtout pour le Mali.

Kassoum THERA

Source: Aujourd’hui-Mali

MaliwebReligionSociété
Afin de permettre aux pèlerins maliens de faire un très bon hadj dans les lieux saints de l’islam, le ministère des Affaires religieuses du Culte et des coutumes, à travers la Maison du Hadj a organisé, du 13 au 15 juin à la Maison du hadj, des journées de...