En conférence de presse la semaine passée dans les locaux de l’institution, le président du conseil malien des transporteurs routiers a expliqué que sa structure reste la seule interlocutrice entre le gouvernement du Mali et les transporteurs. De ce fait, il a rassuré le ministre de tutelle de leur soutien total pour le bonheur du transport au Mali.

Plusieurs autres sujets ont été débattus par le président Youssouf Traoré et son équipe composée des délégations régionales. Il s’agit entre autres de la question relative au support juridique pour le conseil de percevoir les redevances sur les véhicules de transport. Ce débat, qui a été encore mis sur la place publique par un certain Malick Boubou Diallo. Cet ancien du CMTR qui a aussi par le passé travaillé de sorte que certaines taxes gérées jadis par d’autres structures, puissent revenir au CMTR. Ironie du sort, aujourd’hui, après avoir perdu sa place au sein du CMTR, parce qu’il ne remplissait pas les critères pour figurer dans le bureau, est le même qui s’attaque au conseil et menace le département des transports de paralyser la ville. Sur le sujet, Il n’est capable de rien, explique le président Youssouf Traoré qui rassure le ministre Zoumana Mory que le syndicat que dirige M Diallo ne représente rien au sein du transport.

Les membres du CMTR sont persuadés que le souhait de M Diallo n’est autre aujourd’hui que de retirer la perception de la taxe au CMTR. Or, selon son président, le conseil a été crée pour mettre un terme à l’anarchie qui prévalait dans le secteur du transport. Aussi, la loi du 13 juin 2004 portant création du CMTR énumère les sources dont peuvent procéder les recettes du conseil. En conformité de l’article 4 de cette loi, l’assemblée consulaire du CMTR ‘‘a décidé d’instituer une taxe dénommée le ticket en contrepartie des prestations rendues en faveur des transporteurs routiers. ‘’ Le ticket est donc pour les membres du CMTR un droit dont la création relève du domaine réglementaire et la décision de l’assemblée consulaire est prise en conformité avec la loi car, le CMTR est un établissement public à caractère professionnel (EPP).

M Diallo file du mauvais coton

Ce n’est pas nouveau au niveau des transports depuis Malick Boubou Diallo a perdu sa place au sein du CMTR, ce sont des attaques qui reviennent à chaque changement au sein du département. Selon les membres du CMTR, avec un nombre insignifiant au sein de son syndicat dénommé confédération générale des transporteurs routiers. Toutes ses tentatives de nuisance sont restées sans résultats car tous finis par comprendre qu’il est motivé par un esprit revanchard. C’est pourquoi de Moussa Mara à aujourd’hui, rien n’a marché pour cet homme qui ne souhaite qu’une seule chose : le retrait des droits de perception au CMTR. Pis, il a même intenté un procès contre le CMTR qu’il a aussi perdu.

L’équipe du CMTR réitère aujourd’hui son soutien au ministre Zoumana Mory et rassure de leur totale disponibilité et affirme sans retenue que M Diallo ne pourra rien faire pour paralyser le monde du transport.

Abdourahmane Doucouré

La Sirène

MaliwebSociétémoussa mara
En conférence de presse la semaine passée dans les locaux de l’institution, le président du conseil malien des transporteurs routiers a expliqué que sa structure reste la seule interlocutrice entre le gouvernement du Mali et les transporteurs. De ce fait, il a rassuré le ministre de tutelle de leur...