Il permettra au TAPE de bénéficier de l’accompagnement d’un ensemble de structures intervenant dans le domaine de l’enfance

 

« Le travail, pas l’affaire des enfants » (TPAE) est un projet financé par le ministère néerlandais des Affaires étrangères, à travers l’ONG Save The Children. Il a pour objectif global de libérer les enfants et les jeunes du travail et leur permettre de jouir de leurs droits à une éducation de qualité et de leur garantir un travail décent dans le futur. Aussi, pour que le TPAE bénéficie l’accompagnement d’un ensemble de structures intervenant dans le domaine de l’enfance, la cellule coordinatrice du projet, a organisé un atelier de mise en place du cadre interministériel de lutte contre le travail des enfants. C’était ce jeudi, 2 décembre 2021, à l’hôtel Misaca de Bamako.

Le coordinateur de l’alliance, « Travail, pas l’affaire des enfants », Abou Bakary Keita a d’abord évoqué le contexte de la rencontre. Avant de faire savoir que le TPAE a une durée de vie de 5.ans. Il concerne 6 pays, à travers le monde entier. Selon lui, le projet en question est venu pour appuyer les efforts des gouvernements des pays bénéficiaires.

Quant à Vincent Dembélé de l’ONG Save The Children, au Mali, il a souligné que le programme de TPAE est en œuvre dans 20 communes. Lesquelles sont reparties entre les régions de Ségou et Sikasso. « A travers le présent programme, nous sommes résolument engagés dans la protection des droits de l’enfant, dont celui à une éducation de qualité et nous nous activons avec l’ensemble des partenaires pour continuer à leurs assurer une meilleure protection et un avenir  décent » a fait comprendre Vincent Dembélé.

M.Dembélé dira, aussi, que la première alternative pour empêcher aux enfants d’être à des travaux non inscrits dans les conventions relatives au code du travail, c’est de les scolariser. Pour ce faire, il faut créer des conditions d’apprentissage, par la construction des écoles et créer d’autres pour insérer les enfants dans un cadre propice.

Almoctar Haïdara de la Direction nationale du travail, a d’abord regretté le fait que les enfants sont souvent soumis à des travaux difficiles ou dangereux pour les moins de 18 ans. Quand bien même que cela soit interdit par le Code du travail malien. «  La majorité de ces enfants travaillent comme des aides ménagers, ou dans l’agriculture. Certains jeunes travaillent dans les mines d’or, s’exposant particulièrement aux dangers et aux maladies ou blessures liées au travail » a ajouté le représentant de la direction nationale du travail

Avant d’inviter les acteurs  de la protection des enfants à tous les niveaux d’initier des actions concentrées, afin d’amener le gouvernement à mieux respecter et faire respecter les droits  de l’enfant, conformément à ses engagements internationaux. Egalement, pour  Almoctar Haïdara, le  secteur privé et associatif doit s’inscrire dans cette dynamique, afin de lutter contre le travail des enfants, tout en  promouvant  leurs sociaux et éducatifs.

A  noter que, des projections PowerPoint ont porté sur : présentation du projet TPAE ; rôle du cadre dans l’atteinte  des résultats ; la mise en place un groupe chargé de mener les actions de plaidoyer auprès des autorités ; la présentation  des conventions ( C182 et C138 et l’OIT aux membres du cadre etc.

Diakalia M Dembélé

Source22 Septembre

MaliwebSociété
Il permettra au TAPE de bénéficier de l’accompagnement d'un ensemble de structures intervenant dans le domaine de l’enfance   « Le travail, pas l’affaire des enfants » (TPAE) est un projet financé par le ministère néerlandais des Affaires étrangères, à travers l’ONG Save The Children. Il a pour objectif global de libérer les...