Le mercredi 30 novembre 2022, lors d’un déjeuner de presse,  organisé par le Centre pour la Gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF) avec le Commissariat à la réforme du secteur de la sécurité (C-RSS), a eu lieu la présentation du magazine hors-série de « Mali Tribune » consacré à la réforme du secteur de la sécurité (RSS).

 

Il s’agissait aussi d’échanger avec les journalistes sur les enjeux liés à la gouvernance et à la réforme du secteur de la sécurité au Mali et toute l’équipe du C-RSS. C’était dans un hôtel de la place.

 

Le magazine a une triple fonction : informative, analytique et interpellative. Selon Dr Oswald Padonou, chef du bureau du DCAF certains articles rendent compte des activités de leur structure respective, d’autres proposent des réflexions sur les défis liés aux secteurs de la défense et de la sécurité et d’autres encore ont vocation à interpeller, à questionner sur notre sécurité dont nous sommes finalement tous acteur.

Pour lui, l’approche que promet le DCAF est justement centrée sur cette conception participative et collaborative de la sécurité qui garantit ou si vous préférez conditionne, la durabilité ou la soutenabilité des politiques de sécurité aux plans local, national, régional et international.

Dr Padonou, commente la manchette du magazine qui indique que la RSS est « une partie de la solution aux crises multiformes que connait le Mali auquel nous restons attachés et espérons un relèvement complet dans les temps proches ».

Et de s’interroger : que recouvre donc la RSS et pourquoi le centre de Genève pour la Gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF) promeut et soutient la bonne gouvernance du secteur de la sécurité ? A ses dires, la RSS vise à se rapprocher continuellement des standards de bonne gouvernance du secteur de la sécurité. Pour l’orateur, la RSS est fondée sur les principes de transparence, de redevabilité et d’efficacité et des valeurs de l’Etat de droit, de promotion de l’égalité des genres et des droits humains.

 

Le rôle important de la communication

Pour colonel-Major Philippe Sangaré, représentant le Commissaire à la Réforme du secteur de la sécurité, « la stratégie nationale de la RSS traduit la vision du Mali, en matière de gouvernance démocratique républicaine du secteur de la sécurité et implique les organes prioritaires à reformer en vue de créer un environnement stable. A travers cet évènement,  nous attendons consolider l’accompagnement des médias au processus de la réforme de la sécurité », a-t-il indiqué.

A-t-il mis l’accent sur le rôle et la place de la communication dans l’atteinte des objectifs « Dans ce processus, les médias jouent un grand rôle d’information qui est la clé du pouvoir ».

Un processus éminemment politique, dit-il, la réforme du secteur de la sécurité, accorde une place de choix au segment communication dans sa conduite. « Pour nous, le rôle déterminant de la communication dans la mise en œuvre de la RSS se fonde sur une conviction profonde selon laquelle, la communication ne se résume à une série d’actions pour accompagner la mise en œuvre d’une décision déjà prise. Mais, elle doit être l’un des paramètres de la décision, l’un des facteurs d’analyse et de définition des mesures à prendre », a conclu le colonel Sangaré.

Bintou Coulibaly

Source : Mali Tribune