Invité sur Africable télévision, le président de l’Association malienne des procureurs et poursuivants (Ampp) et la Référence syndicale des magistrats (Refsyma), Chérif Mohamed Koné, a démontré à suffisance qu’il est un homme cohérent et réaliste. Il refuse de prêter sa voix pour créer des raccourcis dans le discours officiel du moment tenu.

Une grille de lecture qui ouvre des pistes et touche les contours du phénomène au lieu de rester figée et redondante comme celle faite du sensationnel et de l’émotionnel. Certains pensent que nous sommes dans le mandé d’antan, et qu’il faut ressusciter les anciens du Mandé pour rebâtir le Mandé moderne. Vous voulez que l’histoire vous donne des réponses, mais vous refusez de demander des comptes aux hommes qui font l’histoire.

Ce ne sont pas les lois qui sont en cause, mais le contexte dans lequel elles sont appliquées. Nos gouvernants ne paient jamais de leurs crimes. Ils inventent l’histoire de l’ennemi du dehors pour créer un sentiment de victimisation populaire. Ensuite, ils finissent par être lavés proprement et finir leur vie apaisée. Si la situation devient compliquée, on enferme quelques brebis galeuses ou sacrifier un pion pour le roi. Ils ont appelé cela le pouvoir du peuple. De quel peuple parlent-ils?

Touré Abdoul Karim

Source: Le Démocrate