Depuis lundi dernier s’est ouvert un atelier de formation des journalistes et animateurs radios au musée national. L’atelier qui dure trois jours (du 23 au 25 mars 2020) a regroupé 15 radios autour du thème : médias et élection : contribution des médias aux élections législatives de 2020 au Mali. Cette formation est organisée par l’Association des journalistes pour la paix et la non-violence (AJPV) et moderée par Almahady Cissé, journaliste et promoteur de radio.

 

Selon le président de l’Association des journalistes pour la paix et la non-violence (AJPV), Alhassane H. Maïga, le contexte actuel du Mali reste profondément marqué par les crises politique, sociale et de sécurité de 2012, qui ont mis en lumière la fragilité de l’État malien et l’accumulation de problèmes non résolus par le mode et les pratiques de gouvernance politiques et économiques qui ont prévalu pendant plusieurs décennies. Il a souligné aussi que « l‘impact de ces différentes crises sur les populations est divers et multiforme avec la chute brutale des activités économiques, beaucoup de pertes en vies humaines, de nombreuses migrations de populations (au sud du pays et à l’étranger), l’arrêt de plusieurs projets et programmes de développement et le chômage des jeunes. Avec ce contexte pour le moins tendu, s’ajoute maintenant l’organisation des élections législatives prévues pour le 29 mars prochain pour le 1er tour. »

D’où le rôle primordial des médias dans la consolidation de la paix sociale en période électorale. Ils peuvent détruire comme ils peuvent construire. C’est pourquoi Alhassane Maïga estime qu’il faut avoir des acteurs des radios bien outillés pour jouer un rôle dans le cadre de l’apaisement des conflits électoraux qui peuvent surgir à chaque élection au Mali.

C’est pourquoi l’Association des Journalistes pour la Paix et la Non-Violence (AJPV) qui a pour mission de contribuer à la prévention, la gestion et la résolution non violente des conflits au Mali et en Afrique, veut amener ses membres (les médias) à jouer un rôle d’apaisement et même de médiateur dans ces genres des conflits.

Il a rappelé l’objectif global de la formation quiest de contribuer à l’instauration d’un climat apaisé avant, pendant et après le scrutin législatif de 2020 au Mali.

Il s’agit de donner au journaliste et à l’animateur, la capacité d’expliquer aux citoyens, les conditions de participation aux élections en répondant aux questions suivantes : Qui a le droit de voter ? Où, quand et comment voter ? etc. Cela va se faire à travers la production d’émissions et d’articles de presse en faveur du vote et du comportement citoyen.

La tenue de cette formation rentre dans le cadre du partenariat entre l’AJPV et Orfed avec son programme Promotion de la Paix au Sahel (PPS) sur le volet « journalisme sensible aux conflits ». Le programme PPS est exécuté au Sahel par l’ONG internationale EIRENE, sous financement du programme Service Civil pour la Paix (SCP) du Ministère Allemand pour la Coopération Economique et le Développement (BMZ). Son objectif global est la promotion de la cohésion sociale à travers la réduction et/ou transformation constructive des conflits dans les trois secteurs que sont la communication (notamment les radios), l’éducation à la paix, à la démocratie et à la bonne gouvernance et l’exploitation de l’or.

Hachi Cissé

LE MATIN

MaliwebSociété
Depuis lundi dernier s’est ouvert un atelier de formation des journalistes et animateurs radios au musée national. L’atelier qui dure trois jours (du 23 au 25 mars 2020) a regroupé 15 radios autour du thème : médias et élection : contribution des médias aux élections législatives de 2020 au Mali. Cette formation...