La Coalition des Associations de jeunes, dont « On a Tout Compris ; Vert Jaune Rouge ; Faso Kanu », ont organisé un meeting, samedi dernier, à la Bourse du Travail. La France, la MINUSMA, la Force Barkhane étaient sur la sellette. En effet, sur les pancartes, on pouvait lire : « la France dégage ; la France complice des terroristes ; la MINUSMA dehors ; en bas les impérialistes…»Les associations mettent en cause ces forces qui sont au Mali depuis un certain temps, alors que les morts, militaires et civils  sont comptés tous les jours. Elles les accusent, aussi, de planifier la partition du pays

Les associations ont appelé à l’unité des Maliens pour défendre la patrie. Ils ont signalé la mort commanditée par la France, de plusieurs leaders africains qui réclamaient l’indépendance de leur pays. Ils ont cité Kwamé Krumah, Modibo Kéita, Thomas Sankara, Muhammar Kaddafi, etc. Le vieux Sitaka Traoré de Banconi va plus loin. Pour lui, ce qui s’est passé à Ogossagou est l’œuvre de la France, parce que les Maliens sont incapables de perpétrer de pareils crimes. Il a notamment conseillé aux jeunes d’accepter de travailler pour leur patrie après leurs études. Certains ont fustigé les anciens colons, qui, après l’esclavage et la colonisation, parlent de la mondialisation pour mieux exploiter les matières premières des pays africains. De jeunes leaders d’associations ont soutenu que les Occidentaux sont à l’affût des richesses que regorge la zone sahélo-saharienne. Ils n’ont pas confiance aux dirigeants, qui, selon eux, sont « dirigés ». Le ton s’est durci et des appels à la vengeance contre la France sont lancés, au cas où, on assisterait à des crimes contre les civils et les militaires. Des appels sont réitérés pour le soutien des forces armées et de sécurités maliennes. Pour les associations, il ne faut pas compter sur la France, la MINUSMA, le G Sahel, pour la stabilisation du Mali. Adama Ben Diarra, porte-parole du Mouvement « On a Tout Compris » a soutenu que le franc CFA appartient à la France. Il a martelé que si IBK soutient la France, le peuple le chassera avec la France. Il a assuré que le Mali est un peuple de dignité et ce n’est pas le départ de la France qui va affamer les Maliens. Ibrahima Kébé, jeune leader de « Faso Kanu », a dénoncé l’implantation du G5 Sahel à Bamako. Seul le peuple, a souligné Adama Ben Diarra, peut libérer le Mali. Certains ont fustigé la politique d’émigration de la France qui « chasse », dans des conditions dégradantes, les ressortissants africains de leur pays.

B.D.

Réactions des participants au meeting des associations de jeunes

Au cours du meeting organisé par la Coalition des associations de jeunes, samedi dernier, à la Bourse du Travail, nous avons tendu notre micro à deux participants. Lisez leurs réactions !

Adama Ben Diarra, porte-parole du Mouvement « On a tout Compris »

 

L’objet du meeting est de sortir pour répondre avec énergie à la déclaration du général français Jean Bernard Pinatel. Pour nous, il a lancé des propos injurieux, génocidaires, à l’endroit du peuple malien. Il s’est substitué en faux spécialiste du Mali. Il qualifie le Mali de pays avec deux peuples. Ce qui est une  atteinte à notre devise consacrée à ce que nous sommes en train de vivre dans notre quotidien. Nous ne connaissons pas de Maliens blancs, ni de Maliens noirs. Nous ne connaissons qu’un Malien avec la devise : un peuple un but une foi.

La déclaration de Jean Bernard Pinatel reflète-t-elle l’opinion des autorités françaises ?

Il n’est ni le premier, ni le seul, il y a eu des déclarations plus graves qui ont précédé la sienne, telle que celle de Jean Yves Le Drian qui a dit : « les Touarègues sont nos amis »,  avant lui, Alain Juppé en 2012 disait ; « les rebelles touarègues ont enregistré des succès importants, il faut dialoguer avec eux »et François Hollande, qui vient clôturer pour dire qu’il faut tenir compte de la réalité touarègue, donc ce sont les plus hautes autorités françaises qui ont fait ces déclarations . Si aujourd’hui l’ambassade de la France à Bamako se désolidarise de ces propos, nous pensons que réellement, ce n’est que de la poudre aux yeux. Vu ce que nous voyons sur le terrain, il faut que la France change de comportement  parce que le discours du général Pinatel rime avec le comportement    des forces françaises au Mali.

Bourama Kéita Bima « On a Tout Compris »

Le but du meeting est de rassembler les Maliens, de faire l’éveil des consciences sur l’acte posé par la France au Mali. Les Français qui disent qu’ils sont là pour nous aider nous empêchent de circuler sur notre territoire national, y compris, les militaires et les civils. Dans leurs propos, on sent toujours le séparatisme. Ils parlent toujours du Nord Mali, alors que c’est le Nord du Mali. Moi, quand tu me dis Nord Mali, ça me donne à réfléchir. On a finalement compris leur jeu et nous voulons que ça s’arrête.

Que pensez-vous de la déclaration d’un de leurs anciens ambassadeurs qui a dit qu’ils ont donné Kidal au MNLA ?
On peut dire qu’ils ont proposé Kidal au MNLA, parce que  la situation Kidal et MNLA, ça doit commencer par nous. J’ai eu la chance de regarder un documentaire sur De Gaulle, lors de son passage au Mali. On avait entendu dire que De Gaulle avait remis à la famille Intalla, un document, pour leur promettre que dans les jours à venir, ils vont avoir  leur indépendance. C’est un accord entre De Gaulle et la famille Intalla. De Gaulle disait, lorsqu’il quittait la Guinée : « Aujourd’hui, tous les pays qui dépendent de la France  sont nos amis préférés.»  Nous, on veut savoir qui sont leurs  amis préférés ? Dans l’ami préféré, il y a quoi ? C’est peut-être tous les pays qui dépendaient de la France, mais, aujourd’hui, la France dépend de ces pays. Peut-être que c’est là-bas où se cache l’ami préféré. Nous voyons que la France est attirée par nos ressources minières, plutôt que par l’intérêt de la population.

Propos recueillis par Baba Dembélé

Source: Canard Déchainé

MaliwebMalijetSociétéminusma,mnla,nord mali
La Coalition des Associations de jeunes, dont « On a Tout Compris ; Vert Jaune Rouge ; Faso Kanu », ont organisé un meeting, samedi dernier, à la Bourse du Travail. La France, la MINUSMA, la Force Barkhane étaient sur la sellette. En effet, sur les pancartes, on pouvait...