Le Centre international des conférences de Bamako a abrité, ce dimanche 12 juin 2022, les travaux de l’atelier national du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) sur la gestion des mosquées et la moralisation des prêches au Mali. A travers cette démarche des responsables de la plus grande faitière de la foi musulmane, il s’agit de promouvoir le bon-vivre ensemble, la paix et la cohésion sociale à travers une bonne gestion des mosquées et la moralisation des prêches.

 

L’ouverture des travaux était présidée par le ministre des Affaires religieuses, du culte et des coutumes, Mamadou KONE ; en présence du président du HCIM, le Chérif Ousmane Madane HAÏDARA ; du représentant des familles fondatrices de Bamako, Nany TOURE ; du représentant du maire de la commune III, Issa NIAMBELE ; du représentant de la LIMAMA, El Hadj Mouhamed Fodé CISSE, etc.
On notait également la présence du président de la Commission nationale de réflexion, Mohamed TRAORE ; ainsi que du secrétaire général du HICM, le Dr Mahamadou DIAMOUTANI.
Cette rencontre qui a regroupé plus de 200 participants venus de Bamako et des démembrements du HCIM des différentes régions du Mali ; des imams ; des Associations islamiques ; des leaders, etc. visait à définir les différents types de mosquées ; à résoudre le problème de désignation de l’Imam et de ses adjoints selon le type de mosquée ; à préciser la place de l’Imam et le rôle du Comité de gestion dans la mosquée.
Au cours de cette journée, il s’agissait pour le HCIM de veiller à ce que les prêches s’exercent dans un cadre qui respecte les fondements de l’Islam et ses différentes sensibilités.
Les participants étaient aussi invités de convenir d’un mécanisme de résolution des conflits dans les mosquées et de suivi des prêches afin de circonscrire les dérives dans la transmission du message de l’Islam.
Selon les initiateurs de cette rencontre, les mosquées font de plus en plus l’objet de conflits dont certains débouchent sur leur fermeture ou des interpellations judiciaires et même des emprisonnements d’Imams.
Face à cette détérioration du climat dans les lieux de culte, le HCIM et la Ligue Malienne des Imams et Érudits pour la Solidarité islamique (LIMAMA) sont constamment interpellés pour la gestion de divers types de conflits autour des mosquées.
Selon eux, la transmission du message de l’Islam à travers les prêches connaît, elle-aussi, des dérives qui compromettent dangereusement la paix et la cohésion sociales.
L’utilisation des nouveaux moyens de communication contribue à instaurer, entre les prêcheurs, un phénomène de réplique immédiate, souvent sans retenue.
Le Haut Conseil Islamique du Mali ne peut rester indifférent à cette situation. D’où l’idée de l’organisation de cette rencontre.
Aujourd’hui, ont-ils fait savoir, beaucoup de mosquées sont fermées à Bamako et à travers le pays à cause des malentendus entre les fidèles.
A cela, s’ajoutent les attaques verbales entre les prêcheurs sur les réseaux sociaux dans les sermons lors des différentes prières dans les mosquées.
Ainsi, pour mettre fin aux dérives dans les prêches et pacifier les enceintes des mosquées, le HCIM avait mis en place une commission de réflexion sur la réglementation de ce secteur.
Pour la commission, il s’agit de se pencher sur les mesures législatives à prendre pour la gestion des conflits liés au fonctionnement des mosquées.
Il s’agit aussi d’amener les prêcheurs et les prédicateurs à respecter les principes de l’islam dans les prêches, autrement appelé Dawa, en arabe.
A travers cette sortie médiatique, il s’agissait également pour les responsables du HCIM de couper court aux rumeurs faisant état d’une intervention de l’Etat dans le champ religieux, en imposant des textes à la communauté musulmane.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info-Matin

MaliwebReligionSociété
Le Centre international des conférences de Bamako a abrité, ce dimanche 12 juin 2022, les travaux de l’atelier national du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) sur la gestion des mosquées et la moralisation des prêches au Mali. A travers cette démarche des responsables de la plus grande faitière...