Le ville de Niono a abrité, dimanche dernier, la cérémonie de cessation des hostilités entre les chasseurs traditionnels dozos et la communauté peule dont les membres sont considérés à tort ou à raison comme des terroristes. L’événement était présidé par le ministre de la Reconciliation nationale, le colonel-major Ismaël Wagué.

Le Cercle de Niono est l’un des poumons économiques du pays, une zone de grande production agricole. Son positionnement géographique en fait une zone d’insécurité par excellence depuis l’éclatement de la crise multidimensionnelle en 2012.
Cette situation d’insécurité est préoccupante et se caractérise par la présence accrue des bandits armés dans le cercle qui commettent des assassinats ciblés, des enlèvements, des vols de bétail et de récoltes. Ils sont aussi à la base des conflits intercommunautaires.

Des efforts ont été menés afin de trouver une solution à ces différents problèmes. La rencontre du mois de novembre 2020 à Niono et qui a vu la présence de quatre ministres en atteste. Malheureusement, la communauté peule et les chasseurs traditionnels dozos n’étaitent pas parvenus à faire la paix. Ensuite, le Haut conseil islamique a multiplié les contacts avec les deux parties, mais sans succès.

Grâce à l’initiative du Conseil local de la jeunesse de Niono avec l’implication du marabout Komani Tanapo, les chasseurs traditionnels dozos et la communauté peule ont décidé dimanche dernier de déposer définitivement les armes au bénéfice des populations qui n’ont que trop souffert, selon leurs représentants, Amadou Niazon Coulibaly et Boubou Cissé.

À cette occasion, le ministre de la Reconciliation nationale a, au nom des autorités, exprimé sa joie et sa satisfaction pour cette belle initiative des deux communautés. Le colonel-major Ismaël Wagué a demandé aux deux parties de tenir leurs engagements pour le bonheur des populations locales.

Mahamadou SAMAKÉ
Amap-Niono

Source : L’ESSOR

MaliwebSociété
Le ville de Niono a abrité, dimanche dernier, la cérémonie de cessation des hostilités entre les chasseurs traditionnels dozos et la communauté peule dont les membres sont considérés à tort ou à raison comme des terroristes. L’événement était présidé par le ministre de la Reconciliation nationale, le colonel-major Ismaël...