C’est à la direction générale de la Police que le Contrôleur général Moussa AG Infahi a rencontré la presse pour faire un bilan à mi-parcours sur la lutte contre l’insécurité, les équipements des policiers et les missions de patrouilles menées par ses agents depuis sa nomination à la tête de la direction.

controleur general moussa ag infahi directeur police nationale discours

Pour la circonstance, il était entouré de son adjoint Mamadou Z Sidibé et du personnel de son département.

A rappeler que ce bilan à mi-parcours fait par le directeur général de la police, intervient dans un contexte sécuritaire très volatile au nord du pays. Cela est caractérisé par des attaques et dépôts d’engins explosifs contre les Famas, la MINUSMA, les usagers des axes routiers et bien d’autres actes de banditisme réguliers.

Cependant, dira le contrôleur général Moussa AG Infahi, « nous constatons sur le reste du pays une diminution du cas de banditisme dans certains centres contrôlés par la police grâce aux efforts et à la montée en puissance de la police nationale mais aussi des autres forces de sécurité ».

Pour le directeur général, la lutte contre l’insécurité n’est pas seulement l’apanage des policiers, c’est un effort global avec les autres forces. Il a notamment évoqué le rôle essentiel de la population pour faciliter aux forces de sécurité à mener leurs missions de protection et de sécurisation.

Les résultats parvenus à la direction nationale de la police dans le cadre de la lutte contre l’insécurité et le grand banditisme sont dus au renforcement des patrouilles dans la ville de Bamako dont le nombre s’élève à 1154 pour 1650 patrouilles dans les régions, a indiqué le directeur général Moussa AG Infahi.

Dans le cadre de la lutte contre le banditisme et la délinquance dans les villes et campagnes, à Bamako plus de 2186 personnes ont été interpellées dont 8083 dans les régions. Les saisies des engins pour diverses infractions, notamment 387 engins à deux roues, 14 engins à quatre roues. Les accidents de la circulation routière sont au nombre de 1382 avec 1144 blessés et 1182 victimes.

Les efforts ont porté sur les effectifs de la police nationale, environ 2200 policiers ont été recrutés. Ceux-ci, dira le DG de la police nationale, vont bientôt terminer leur formation commune de base et entrer à l’école nationale de police vers le 4 juillet prochain.

Dans le domaine de la formation professionnelle, il y’a 15 élèves-commissaires et une élève-inspecteur en formation. A ses dire, l’objectif est de doubler l’effectif actuel des policiers d’ici 2020.

Il a par ailleurs annoncé l’ouverture prochaine de commissariat dans chaque chef-lieu de cercle et très bientôt  les commissariats de Kati, Kalaban-Coro, Ménaka, Ansongo seront opérationnels.

Les moyens de dotation des unités ont concerné d’abord 20 put-kups, 50 motos, 6 motos à quatre roues, 7 pick-up réservés pour la force spéciale GPM, 2 véhicules pour la police technique et scientifique, doter les unités environ 20 groupes électrogènes.

Renforcement des postes de contrôle de frontière Sikasso, Kayes et d’autres régions pour bientôt dans le cadre de la lutte contre le terrorisme avec les pays frontaliers.

Il a ensuite parlé de l’amélioration des conditions de travail des policiers avec l’adoption de statut, l’octroi de primes, la réalisation des infrastructures.

Parlant du retour de l’administration dans les régions Nord Mali, il dira que la police accompagnera l’administration. A noter que le credo de la direction générale de la police est de créer la confiance entre la policier et population.

 

MALIACTUSociété
C’est à la direction générale de la Police que le Contrôleur général Moussa AG Infahi a rencontré la presse pour faire un bilan à mi-parcours sur la lutte contre l’insécurité, les équipements des policiers et les missions de patrouilles menées par ses agents depuis sa nomination à la tête...