La crise sociopolitique au Mali rime avec la censure des réseaux sociaux. Depuis le vendredi 10 juillet 2020, l’accès à internet et aux réseaux sociaux est perturbé en raison des manifestations du Mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP). « La décision de perturber l’accès à Internet et aux réseaux sociaux comme Facebook, WhatsApp, Twitter ou Messenger pendant les jours de manifestations constitue une violation du droit à la liberté d’expression », fait savoir Samira Daoud, directrice pour l’Afrique de l’Ouest et Afrique centrale à Amnesty international dans une publication du 13 juillet 2020.

Suite à cette perturbation de l’internet et des réseaux sociaux, les internautes maliens se font aider par les réseaux privés virtuels (VPN). Malgré tout, cette censure vire au vinaigre pour de nombreux internautes n’ayant pas découvert cette technique pour contourner la perturbation.

Yorosso : la construction de six forages annoncés pour six écoles du cercle

Six écoles du cercle de Yorosso seront dotées de six forages équipés de pompes manuelles. Un projet financé par le programme Santé et Nutrition Scolaire de Save the Children. Ces forages sont en construction depuis un mois et les travaux vont prendre fin dans quelques semaines. Les 1ers cycles des villages de Wolon, Kouila, Siela, Mougna, Sokourani et Vanekuy sont les bénéficiaires.

Diré : le maire du cercle enlevé

Des hommes armés non identifiés ont enlevé le maire de la commune rurale de Garbakoira, cercle de Diré. Ledit maire se nomme Abdoulaye Alpha Cissé. C’est survenu le lundi 13 juillet 2020. Actuellement aucune nouvelle de lui encore moins de ses ravisseurs, selon des sources locales et la famille.

Diré réclame la libération du chef du fil de l’opposition, l’honorable Soumaila Cissé

Le chef du fil de l’opposition, Honorable Soumaila Cissé enlevé le 25 mars dans le cercle de Diré est toujours introuvable. C’était lors de la campagne pour les élections législatives. Fatigué d’attendre, le collectif de Diré pour la libération de Soumaila Cissé a organisé une marche pacifique. C’était ce mardi 14 juillet 2020, devant la mairie du cercle de Diré. Sur les banderoles était inscrit « libérez Soumaila Cissé ».

 La France appelle au dialogue au Mali

Pour commencer, la France manifeste son mécontentement face aux violences survenues le vendredi 10 et le samedi 11 juillet 2020 sur le territoire malien. Elle rappelle que la manifestation est un droit, mais le respect des institutions est un devoir aussi. Ensuite elle affirme avoir pris en compte les annonces faites par le président malien le samedi soir. Elle soutient la CEDEAO ainsi que ses instructions. La France appelle les parties concernées au dialogue afin de trouver une solution à cette crise sociopolitique. Et enfin elle présente ses condoléances aux parents des victimes.

Le conseil des Maliens de l’extérieur d’Allemagne appelle les Maliens à la retenue 

Le conseil des Maliens de l’extérieur d’Allemagne demande au président de la République, Ibrahim Boubacar Keita de trouver une solution pacifique à cette crise. Il condamne le massacre et la maltraitance des manifestants. Il sollicite les manifestants à la retenue en cette période. La destruction des lieux publics et privés n’est pas une solution, conseille-t-il. Le conseil interpelle les autres maliens notamment ceux de la diaspora de venir en aide aux familles des victimes surtout financièrement. Il présente ses condoléances les plus attristées aux familles des défunts et souhaite un bon rétablissement aux blessés.

Le Collectif « le réveil de l’AEEM » dénonce les actes de violence 

Le collectif se dit triste et en colère pour la mort de leurs camarades, massacré par les forces de l’ordre. C’était lors de la manifestation du 10 et 11 juillet 2020, quand les manifestants ont été tirés à balle réelle par les forces de l’ordre. Selon le collectif ils ont été assassinés parce qu’ils réclamaient leur droit. Leur message disait : « Nous, élèves et étudiants du Mali, demandons que la lumière soit faite sur l’assassinat de nos camarades étudiants que nous appelons désormais les martyrs et les victimes de ce régime ». Il s’incline devant la mémoire des victimes principalement M. Fayçal Cissé étudiant à la FLSL ; M. Mamadou O Bah étudiant en médecine et M. Bama Traoré élève que leurs âmes reposent en paix.

Violation de la loi dans la frontière Mali-Burkina

Depuis l’apparition de la pandémie du coronavirus, les frontières ont été fermées. Mais cela n’empêche pas les voyageurs de traverser la frontière entre le Mali et le Burkina Faso illégalement. Les constats ont montré que depuis plusieurs semaines des tricycles communément appeler « moto taxi » transporte les passagers de Koury à Faramana Burkina Faso et de Faramana à Koury. Afin d’échapper au poste de contrôle, les cars qui quittent Bamako pour Bobo Dioulasso s’arrêtent à Koury et les tricycles leur font traverser la frontière.

Appui du programme alimentaire mondial (PAM) lancée en faveur des plus démunis

Une grande opération d’assistance alimentaire et nutritionnelle a été lancée par le programme alimentaire mondial (PAM). Un million de personnes bénéficieront de cette assistance. Elle concerne les régions du nord et du centre du Mali. Près de 5 millions de personnes ont été touchées par le manque d’alimentation et de nutrition. Pour l’ONU, ce manque est causé par l’augmentation des conflits, les déplacements des populations dans ces localités, la sécheresse dans la bande sahélienne ainsi que les mesures de prévention contre la Covid-19

Gao : les préparatifs pour les examens de fin d’année suivent son cours.

Le projet d’appui à l’amélioration de la qualité de l’éducation (PAQAMA) vient en aide aux écoles publiques du CAP de la région. Une occasion pour les candidats du diplôme d’étude fondamentale (DEF) de se rattraper dans certaines matières. Ils vont suivre des cours durant un mois. Les enseignants et les élèves vont être équipés des kits. Les cours se passeront dans le respect des mesures barrières.

Les évènements en cours au Mali : La CEN-SAT appelle à la paix et au dialogue entre Maliens

Dans un communiqué publié le 12 juillet 2020, la communauté des États sahélo-sahariens, en abrégé CEN-SAT, annonce avoir suivi avec préoccupation les récents développements de la situation sociopolitique au Mali. Une situation marquée par les manifestations des 10 et 11 juillet. Présentant ses condoléances aux blessés et toutes les familles éplorées, elle déplore les évènements de violence, de saccages et de pillages enregistrés durant ces deux jours au Mali. Ces évènements interviennent à un moment où le Mali est engagé dans un processus de paix. Celui dont l’aboutissement souhaitable permettra de préserver l’unité nationale et l’intégrité du territoire, a-t-elle indiqué. Se félicitant des efforts de la CEDEAO et de l’Union africaine, la CEN-SAT invite toutes les parties prenantes à cette crise à la paix et au dialogue.

Source: Journal le Pays-Mali

MaliwebSociété
La crise sociopolitique au Mali rime avec la censure des réseaux sociaux. Depuis le vendredi 10 juillet 2020, l’accès à internet et aux réseaux sociaux est perturbé en raison des manifestations du Mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP). « La décision de perturber l’accès à Internet et aux...