Les responsables du système d’information sur le marché de l’emploi de l’UEMOA ainsi que le personnel technique des structures partenaires de l’Observatoire national de l’emploi et de la formation du Mali (ONEF) sont en conclave du 5 au 9 décembre à Bamako pour mutualiser leur connaissance et savoir-faire sur la problématique de l’investissement et la création d’emplois.

 

« L’évaluation d’impact des investissements en infrastructures sur la création d’emploi » est le thème de l’atelier sous régional dont le ton de démarrage a été donné ce lundi par le ministre de l’Entreprenariat national, de l’emploi et de la formation professionnelle, Bakary DOUMBIA. Avec lui au présidium, l’on notait la présence du représentant du directeur du Centre pour l’innovation de l’éducation et de la formation (CINOP), Ouindinda NIKIEMA ; du directeur général de l’Observatoire national de l’emploi et de la formation du Mali (ONEF), Boubacar DIALLO.
Cette rencontre qui réunit des délégués venus du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Bissau, du Niger, du Sénégal, du Togo et du Mali s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Orange Knowledge programme OKP » financé par le gouvernement des Pays-Bas.
L’ONEF Mali est l’un des principaux bénéficiaires de ce projet dans notre pays, a indiqué le directeur Boubacar DIALLOn tout en rappelant que sa structure a été appuyée dans l’exécution du programme OKP par le projet CINOP.
Au cours de cet atelier visant à mutualiser les connaissances et savoir-faire des acteurs du réseau de l’espace UEMOA sur la problématique de l’investissement et la création d’emplois les participants aborderont plusieurs thématiques sous la houlette des experts dont le Pr N’GUESSAN.
Pour le représentant du directeur du CINOP, cette rencontre qui clôture ce projet de l’ONEF Mali permettra de renforcer la capacité des participants à l’atelier sur l’évaluation de la politique publique de la création d’emploi, mais surtout de raffermir les liens entre les acteurs de la sous-région confrontés aux mêmes défis.
Également, il a indiqué que le thème est une priorité qui a été identifiée par l’ONEF afin d’acquérir des compétences pour pouvoir mieux orienter les autorités nationales en vue d’améliorer l’efficacité et l’efficience de la politique de l’emploi.
Le ministre Bokary DOUMBIA, pour sa part, a précisé que depuis plus de trois décennies le Mali est particulièrement confronté à des défis du chômage de masse des jeunes de moins de 35 ans, de sous-emploi, des mauvaises conditions de travail, de l’augmentation des emplois précaires et des travailleurs pauvres.
Ces situations, a rappelé le ministre de l’Entreprenariat national, de l’emploi et de la formation professionnelle, ont nécessité l’adoption d’une politique nationale de l’emploi et de son plan d’actions en 2015. Outre ce document, l’effort du gouvernement malien s’est aussi matérialisé en 2020 par son engagement financier estimé à plus de 560 milliards de FCFA, à travers le Budget spécial d’investissement (BSI).
« Toutefois, le potentiel d’emploi et l’impact des politiques et des investissements en infrastructure ne sont pas toujours bien compris, évalués, quantifiés ou suivis », a déploré le ministre DOUMBIA, avant de relever que les investissements en infrastructure aident les marchés à mieux fonctionner et à créer plus de possibilités d’emplois.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin