Demain s’ouvre le sommet Afrique-France à Bamako sur le thème : ‘’Partenariat, Paix et Émergence’’. Pour un néophyte, le thème regorge de quoi s’en réjouir, surtout s’en glorifier. il se dira qu’ en fin, nos Etats ont atteint la capacité et la compétence de pouvoir nouer un partenariat d’égal à égal, sans risque et sans pression de se voir contraint de tout donner à l’autre sans rien n’obtenir ou moins obtenir. Contacté, le Chroniquer Ras Bath nous donne son analyse sur ce sommet mais aussi le cadre de collaboration entre la France et l’Afrique depuis la veille des Indépendances.

youssouf-mohamed-bathily-ras-bath-aboubacar-yalkou-journaliste-lepays

A l’entame de ses propos, Ras Bath précise qu’il est temps qu’on revienne sur terre ; que les dirigeants africains comprennent que les peuples des années 60 sont différents de ceux du 21e siècle qui comprennent aisément et ne s’accrochent plus à la résignation.‘’De la France-Afrique en passant par la Mafia-Afrique, au Sommet Afrique-France, nous savons tous les objectifs fixés par les premiers initiateurs et leurs héritiers actuels qui perpétuent la doctrine pour les mêmes objectifs’’,  a-t-il laissé entendre.

 Un bref rappel historique

‘’Suite aux pressions des Russes, des Américains et du Groupe des Non Alliés, la France fut contrainte, en 1958, d’octroyer l’indépendance à ses colonies. Le General De Gaulle, en stratège mal intentionné, a fait appel à son ami, Jacques Faucard. Il lui fait remarquer que la puissance politique de la France dépendra des votes de ses anciennes colonies aux UN et sa puissance économique, de son pouvoir à acheter des matières premières africaines à vil prix et à disposer d’un marché pour ses produits finis. Donc, il faut, pour conserver ses avantages, concevoir un système de coopération avec les futurs Etats africains, qui les maintiendrait dans la dépendance politique, militaire et économique vis à vis de la France. Ainsi de 1960 à 1974, Jacques Faucard a travaillé à éliminer  les Chefs d’Etats africains réfracteurs à ce système dont Sylvanus Olympio du Togo, Modibo Keita du Mali etc. et les remplacer par des Chefs d’Etats prêts à marcher dans le nouveau deal français, dont Eyadema au Togo, Moussa Traore au Mali etc. Ce Deal, implicite, s’entendait et s’entend toujours, pour les chefs d’Etats africains des anciennes colonies françaises, à confier leurs politiques étrangère,  économique et militaire à la France, en contrepartie, la France leur garantit la longévité au pouvoir et la possibilité de détourner  les deniers publics’’,  a déploré Ras Bath

Il ajoute : ‘’Le Sommet de la baule n’a rien  changé dans le fond. Depuis De Gaules, le système ne vise qu’à puiser dans le trésor africain, appauvrir les Etats et les Peuples africains et de l’autre côté, booster l’économie française, renforcer l’hégémonie internationale de la France et  financer les partis et les hommes politiques de droite comme de gauche de la métropole’’.

Selon Ra Bath,  compte tenu du passé vécu, aucun vrai panafricaniste, patriote, socialiste n’aurait imaginé et ne peut accepter que 58 ans après la création de la France-Afrique, un système immoral et ignoble, appelé par certains, le néocolonialisme, que les sommets, comme celui que Bamako accueille, n’ait pour objectif que la promotion des entreprises Françaises en Afrique, et le renforcement de la diplomatie française.

Ailleurs, explique Ras Bath,  lorsqu’il y a des grandes rencontres de ce genre, les autorités en charge, expliquent aux contribuables les avantages directs et indirects  attendus. Ainsi, le peuple se sent impliqué et participe à la réussite de la rencontre dans l’espoir de profiter et  voir sa condition de vie s’améliorer.

Rasta Bath, à l’instar de la majorité de ses concitoyens, dit n’en savoir rien de ce que ce sommet créera en termes d’emplois pour ses frères, quelle opportunité d’affaires auront les entrepreneurs maliens, quels seront les impacts positifs sur la santé,  la formation académique et professionnelle etc.

Des actes qui fâchent 

Selon Ras Bath, depuis le début de la semaine, les autorités  ne ménagent aucun effort pour imposer des mesures drastiques s’étendant du 10 au 17 Janvier pour, dit elles, la bonne réussite du sommet. Plus de 5000 tri cyclistes sont interdits de traverser le fleuve par le pont Fahd, jusqu’au lundi les obligeant soit à faire plus de trajet, donc plus de coût de transport qui se répercute sur le prix des marchandises soit ils se résignent à rester à la maison avec toutes les conséquences. Plus de Charrettes d’ânes qui ramassent les ordures pendant ce temps. Conséquence, les populations contraintes de vivre avec des ordures pendant une semaine avec les conséquences sanitaires. Plus de gros véhicules porteurs  dans la ville de Bamako pendant aussi ce temps du sommet. Ce qui aura deux conséquences.  Soit une pénurie de produits sur le marché, soit obligeant les commerçants à faire acheminer les marchandises par les Sotrama. Ce qui va engendrer un coût  supplémentaire pour les commerçants qui vont le répercuter sur les prix des produits de base. Ainsi, l’économie en  prendra un sacré coût ainsi que les bourses des ménages.

A se demander si c’est le sommet des Nations africaines ou des Chefs d’Etats Africains, s’interroge Bath.

A en croire Bath, la France en gagne incontestablement de ce sommet. Il est annoncé que François Hollande sera accompagné de plus de 100 entrepreneurs français lors de ce sommet. Au moins la moitié de ceux-ci aura des marchés publics au Mali comme lors de la visite d’Etat d’IBK à Paris. Avec des capitaux colossaux, leurs savoir-faire et le soutien politique de leur Etat,  combien de sociétés et entrepreneurs maliens sauront concurrencer les entrepreneurs français qui accompagneront Hollande? Quasiment zéro.

Comme avantage à tirer de ce sommet, les autorités ne font que chanter dans l’oreille du peuple malien qu’il contribuera à rehausser l’image du Mali, à indiquer sa capacité sécuritaire qui convaincra les investisseurs à venir au Mali.

 

‘’Qu’à cela ne tienne,  je  continue de penser que ce sommet est une  opportunité uniquement pour l’Etat français et ses entreprises. C’est une partie de barbecue  pour les chefs d’Etats  Africains qui  viendront se régaler dans les hôtels et témoigner à leur mentor de leur fidélité dans l’exécution du Deal “De Gaullien”, a conclu Ras Bath.

  Boubacar Yalkoué

Source : Le Pays

MALIACTUMaliweb Malijet MaliactuSociété
Demain s’ouvre le sommet Afrique-France à Bamako sur le thème : ‘’Partenariat, Paix et Émergence’’. Pour un néophyte, le thème regorge de quoi s’en réjouir, surtout s’en glorifier. il se dira qu’ en fin, nos Etats ont atteint la capacité et la compétence de pouvoir nouer un partenariat d’égal...