Le mandat du bureau du Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR) en place, depuis avril 2015, présidé par Youssouf TRAORE, est à terme ; et les transporteurs, impatiemment, attendent la convocation de l’Assemblée générale de renouvèlement de l’instance, dont le ministre de tutelle est le seul habilité.

Après la décision de la Section administrative de la Cour suprême du 12 octobre 2017 qui a définitivement vidé le dossier de contentieux qui bloquait le processus, l’on estime au niveau de certains professionnels du secteur que rien ne doit plus s’opposer à cette convocation.
A l’issue d’une première tentative avortée en décembre 2017, les professionnels du monde des transports ont les yeux rivés sur leur ministre de tutelle, Moulaye Ahmed Boubacar dit Baba Moulaye, pour la convocation de l’Assemblée générale de renouvellement du bureau du Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR).
Le mandat du bureau actuel à terme, depuis peu, était bloqué par une procédure judiciaire qui a été vidée en octobre 2017 par l’arrêt n° 539 du 12 octobre 2017 de la section admirative qui tranche ainsi définitivement ce litige.
Selon nos informations, suite au renouvellement du bureau CMTR en 2015, des irrégularités ont été dénoncées au niveau de la Section internationale de Sikasso. Toutefois, aucune autre contestation n’avait été enregistrée au niveau des 2 autres sections (Urbaine et inter urbaine) nulle autre part, à travers le pays.
Ce contentieux, qui a été porté devant les juridictions du pays par la liste ‘’A’’ contre la liste ‘’B’’, a été vidé en 2017 suite à une longue bataille judiciaire, nous indique-t-on.
La liste ‘’A’’ a été déboutée sur toute la ligne, donnant la victoire à la liste ‘’B’’.
Malgré ce dénouement, les transporteurs restent dans l’expectative et un statuquo semble planer au niveau de l’organisation.
Ainsi, plusieurs responsables des transporteurs qui veulent se lancer dans la course pour la prochaine compétition se sentent du coup bloquer dans leurs mouvements et initiatives d’affaires par ce retard. Puisqu’ils se voient dans l’obligation de reporter certains de leurs voyages d’affaires surtout ceux qui sont d’une durée plus ou moins longue au risque de ne pas manquer cette AG élective, car ne sachant pas à quelle date aura lieu le rendez-vous.
Il faut noter que la création du CMTR découle de la «Déclaration de politique générale» dans le secteur des transports du 2 novembre 1993 qui définit les objectifs principaux de la Politique malienne en matière de transport marchandise. Il s’agit de: l’intensification de la concurrence sur le marché des transports terrestres de marchandises, la résorption des surcapacités de l’industrie des transports routiers ; l’amélioration du fonctionnement des corridors de transport internationaux ; la restructuration des entreprises publiques du secteur des transports…
Pour faire face à ces défis, les autorités maliennes ont œuvré pour la création d’organismes professionnels capables de mieux prendre en charge les intérêts des chargeurs (Conseil malien des Chargeurs CMC) et des transporteurs routiers (Conseil malien des Transporteurs Routiers CMTR). Cette réforme a permis aux différents opérateurs économiques du secteur des transports de mieux apprécier leurs besoins et problèmes et œuvrer efficacement à la résolution de ces problèmes en rapport avec les autorités administratives.

Par Sidi Dao

Info-matin

MaliwebSociété
Le mandat du bureau du Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR) en place, depuis avril 2015, présidé par Youssouf TRAORE, est à terme ; et les transporteurs, impatiemment, attendent la convocation de l’Assemblée générale de renouvèlement de l’instance, dont le ministre de tutelle est le seul habilité. Après la décision...