Le Secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), Yacouba Katilé, a animé, hier jeudi, un point de presse sur le protocole d’accord que son syndicat a signé avec le gouvernement et le patronat malien, mardi dernier.

Face à la presse à la Bourse du travail, le Secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali a exprimé son satisfecit par rapport aux résultats obtenus de ces négociations avec l’État et le patronat malien.

« Il n’y a pas eu de sabotage. Cette fois-ci, on n’a pas trainé. Après une semaine de discussion, nous sommes parvenus à des accords », a apprécié M. KATILE.

Entouré d’une équipe restreinte de son bureau, il a fait avoir que les discussions étaient sur 12 points, conformément au préavis de grève de 120 heures (5 jours) du 11 au 15 février 2019. La plupart de ces points, a expliqué le conférencier, visent à corriger une injustice sociale et inégalité entre les travailleurs du Mali.

À part un seul point, il a soutenu qu’un accord a été trouvé sur toutes les revendications, s’est réjoui le syndicaliste. « Sur l’application du point sur l’alignement de la grille salariale aux autres fonctionnaires, il y a eu un accord de principe. L’Etat a souhaité avoir une prorogation dans son application, à cause des difficultés financières », a précisé M. KATILE.

Une bonne nouvelle a également été annoncée pour les travailleurs des chemins de fer en grève de la faim, depuis plus d’un mois ! À ce sujet, il est prévu dans le procès-verbal de conciliation, la prise en charge de leurs arriérées de salaires de six mois, a expliqué le conférencier. En même temps, l’État s’est engagé de mettre en œuvre deux plans d’urgence en vue de la reprise du trafic ferroviaire à partir du mois d’août, a-t-il poursuivi.

« Notre souci est que les activités du chemin de fer reprennent. Ce qui va créer des emplois. Nous voulons aussi que le salaire du personnel soit régulier », s’est exprimé le responsable syndical, Yacouba KATILE, devant la presse.

Abordant le seul point d’accord partiel relatif à la situation des partants volontaires à la retraite, des compressés, le Secrétaire général de l’UNTM a indiqué qu’ils ont donné un ultimatum de trois mois à l’État pour clarifier ce point.

« Lors de notre entretien avec le Premier ministre Soumeylou Boubèye MAIGA, il nous a informé que le gouvernement est en train de travailler sur la situation des partants volontaires à la retraite et des compressés. Déjà, l’État a demandé le service de deux personnes qui vont mener des enquêtes et produire un rapport. C’est pour cette raison, que nous avons décidé de laisser l’enquête se poursuivre », a affirmé Yacouba KATILE avant de rassurer que l’UNTM ne manquera pas à son devoir de défense des droits ses militants.

« UNTM s’est engagé et continuera à se battre pour les travailleurs de Huicoma, des compressés et autres entités victimes de la situation économique », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, il a informé de la mise en place d’une commission de suivi qui va veiller à l’application de l’ensemble des points qui ont fait l’objet d’accord.

Par Sikou BAH

Info-matin

MaliwebSociété
Le Secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), Yacouba Katilé, a animé, hier jeudi, un point de presse sur le protocole d’accord que son syndicat a signé avec le gouvernement et le patronat malien, mardi dernier. Face à la presse à la Bourse du travail, le Secrétaire...