Les syndicats signataires du protocole d’accord du 15 octobre 2016, ont organisé, samedi dernier, au Centre Islamique de Bamako, un meeting pour expliquer le contenu du procès verbal de conciliation issu des négociations des 13, 14, 15, 17 et 18 mai au ministère de l’Education nationale.

 

près avoir trouvé une issue favorable à leur grève séquentielle débutée depuis le 19 décembre 2018, les leaders syndicaux étaient, samedi dernier, face à leurs militants pour expliquer le procès- verbal.

A cet effet, le porte-parole, Adama Fomba a expliqué un par un les 10 points de négociations. Au cours de ce meeting, il a beaucoup insisté sur les points de blocage. Il s’agit de l’octroi d’une prime de logement, de la relecture immédiate du décret portant allocation d’indemnités au personnel chargé des examens et concours professionnels en ses articles 1,2 et 3 et de l’accès des enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales aux services centraux de l’État.

Sur le premier point, il indiquera que les deux parties n’ont pu s’entendre ni sur la terminologie et ni sur les montants. « Le gouvernement, suite à une longue discussion, a proposé la majoration de l’indemnité de résidence existante de 20.000 FCFA, payable en deux ans, soit janvier 2020 et janvier 2021 à raison de 10.000 FCFA par an « . Il a précisé qu’au terme de cette augmentation, la catégorie A aura 40.000 FCFA, la catégorie B2 30.000 FCFA, la catégorie B1 27.500 FCFA, la catégorie C 25.000 FCFA et le contractuel 22.500 FCFA.

S’agissant du 2è point de désaccord, Adama Fomba affirmera que les syndicats ont concédé ce point pour marquer leur bonne foi. Enfin, sur le troisième point, il a indiqué qu’une commission sera mise en place, au plus tard le 5 juin 2019, et tiendra sa première réunion une semaine après.

Le porte-parole a rappelé les autres points d’accord avec la partie gouvernementale. En résumé dit-il,  » nous constatons 8 accords totaux, 1 accord partiel et un point concédé « .

A ses dires, c’est à l’analyse que les syndicats constatent que le résultat est un acquis encourageant et qui doit être amélioré dans les années à venir.Par ailleurs, il a rassuré les militants que les leaders syndicaux auront l’obligation de veiller à l’application de ces points d’accord.

AD

Source: l’Indépendant

MaliwebEducationSociété
Les syndicats signataires du protocole d’accord du 15 octobre 2016, ont organisé, samedi dernier, au Centre Islamique de Bamako, un meeting pour expliquer le contenu du procès verbal de conciliation issu des négociations des 13, 14, 15, 17 et 18 mai au ministère de l’Education nationale.   près avoir trouvé une...