Un colloque de quatre jours a regroupé à Bamako, en plus de notre pays, le Burkina Faso, le Niger, le Sénégal, le Ghana, le Nigeria et le Maroc. L’objectif était de promouvoir la coopération régionale.

 

L’ambassade des Etats-Unis et le Bureau international du département d’Etat chargé de la lutte contre les stupéfiants et de l’application des lois, en collaboration avec l’Office central des stupéfiants, ont organisé un colloque régional sur les efforts contre le trafic illicite de stupéfiants.
La cérémonie de clôture de la rencontre s’est déroulée, vendredi dernier, à l’hôtel de l’Amitié sous la direction du conseiller technique au ministère de la Sécurité et de la Protection civile, Lanzeni Konaté, en présence du premier conseiller de l’ambassade américaine, Gregory Garland, et du directeur général de l’Office central des stupéfiants, le magistrat colonel, Adama Tounkara. Le colloque de quatre jours a regroupé, en plus de notre pays, le Burkina Faso, le Niger, le Sénégal, le Ghana, le Nigéria et le Maroc.
Le directeur général de l’Office central des stupéfiants a expliqué que la lutte contre le trafic illicite de drogue, nécessite une cohésion au niveau régional. Il a souligné qu’il y a un déficit de communication entre les différents pays et les agences de lutte, d’où l’importance de la rencontre.
L’objectif était de promouvoir la coopération régionale en mettant en relation les acteurs des pays voisins. Il s’agissait également d’identifier les opportunités de communication, de coordination et de collaboration, de relever les défis internes, de partager les meilleures pratiques, en matière de lutte contre le trafic de drogue, grâce à des réformes ciblées, et de mieux comprendre les approches nationales visant à contrer le trafic de drogue et ses causes profondes.
Gregory Garland a indiqué que le gouvernement américain est fier de tenir ce forum qui va mettre en synergie les efforts déployés par les pays d’Afrique de l’Ouest, du Sahel et du Maghreb pour identifier et lutter contre les nouveaux défis régionaux, posés par le trafic illicite des stupéfiants.
Il a rappelé que, depuis des années, le gouvernement américain à travers le Bureau chargé de la lutte contre les stupéfiants et de l’application des lois (INL), est le principal partenaire du ministère en charge de la Sécurité dans la lutte contre la criminalité transfrontalière.
Ce colloque constitue donc un témoignage de plus de son engagement en faveur d’un Mali prospère et sûr. Il s’agit d’une étape décisive vers la mutualisation des expertises pour réaliser les objectifs communs. Les Etats-Unis fondent l’espoir que la rencontre permettra d’améliorer la sécurité, le développement et la prospérité du Mali et des pays voisins. Le premier conseiller a aussi souligné la nécessité pour les pays de travailler ensemble. « En étant de bons voisins dans la lutte contre le trafic de drogue, nous sommes tous plus forts et plus en sécurité », a-t-il souligné. Par ailleurs, il a relevé que « les efforts n’auront de sens que s’il existe un engagement ferme de la part des responsables clés ».
En outre, Gregory Garland a salué notre gouvernement à travers le ministère de la Sécurité et de la Protection civile et les participants pour leur participation active et les relations solides qu’ils ont pu tisser. Il a aussi espéré que les travaux ouvriront la voie à la mise en place des réseaux régionaux de coopération, toute chose qui sera essentielle pour améliorer l’approche opérationnelle entre les pays participants.
Le conseiller technique au ministre en charge de la Sécurité a rappelé que la lutte contre le trafic de dronc constitue un défi à relever pour les Etats. Ce trafic, a-t-il dit, alimente suffisamment la criminalité transnationale. C’est pourquoi, il a salué la représentation américaine dans notre pays, les organisations internationales et tous les pays qui ont contribué à la réussite de cette rencontre. Pour lui, le réseau mis en place contribuera sûrement à relever le défi de la lutte contre le trafic illicite de drogue.

Aminata D  SISSOKO

L’Essor

MaliwebSociété
Un colloque de quatre jours a regroupé à Bamako, en plus de notre pays, le Burkina Faso, le Niger, le Sénégal, le Ghana, le Nigeria et le Maroc. L’objectif était de promouvoir la coopération régionale.   L’ambassade des Etats-Unis et le Bureau international du département d’Etat chargé de la lutte contre...