Hier dimanche, dans la salle de réunion du gouvernorat, les acteurs du football de notre pays s’étaient donné rendez-vous à la faveur de l’Assemblée générale élective du comité exécutif de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT).

boubacar baba diarra femafoot

L’élection du remplaçant du général président sortant Boubacar Baba DIARRA s’est déroulée dans un contexte de vive tension. L’ouverture des travaux de l’AG présidée par le Chef de cabinet du ministère des Sports, Youssouf SINGARE, a été marquée par la profération de menaces et d’injures de toutes sortes entre les acteurs des deux camps.

M. SINGARE avait à ses côtés, le président sortant du comité exécutif de la FEMAFOOT, Boubacar Baba DIARRA ; le maire de la commune IV, Adama BERETE, ainsi que trois représentants de la FIFA et de la CAF qui sont venus pour superviser la régularité de cette élection. Y étaient également présents des délégués venus de toutes les régions plus le district de Bamako, les représentants des organisations faitières de football, etc.

Le quitus de la FIFA et de la CAF
Après les mots de bienvenue du maire de la commune IV, le porte-parole de la CAF et de la FIFA, Veron Mosongo OMBA, a rappelé que leur mission consistait à garantir l’universalité et le respect des principes intangibles de la démocratie dans le milieu et surtout de s’assurer que les droits de vote chaque acteur a été respecté. Il a aussi témoigné de l’engagement des nouveaux responsables de la FIFA à réinstaurer la transparence et la légalité dans leur gestion et de prendre les membres de l’Organisation au même pied d’égalité. Il a aussi précisé que la FIFA n’est pas une juridiction devant laquelle il faut porter les différends, mais plutôt le garant des principes, le gardien des temples, des statuts.
Le superviseur de la FIFA, M. OMBA, a également confirmé avoir rencontré les différents acteurs du football malien, y compris les responsables des deux camps en lice pour présider le comité exécutif de la FEMAFOOT. L’objectif de ces rencontres, a-t-il expliqué, visait à apaiser la tension entre les différentes parties. Conformément aux textes de la FIFA, la FEMAFOOT a garanti le respect du droit de vote de chaque acteur et a convenablement convoqué l’assemblée générale élective, a indiqué le porte-parole. Ainsi, selon M. OMBA, le bureau qui va être mis en place à l’issue de cette élection est légal. Mais, a-t-il ajouté, tous ceux qui contesteront la légalité dudit bureau auront le droit de saisir les instances compétences en la matière.
Auparavant, M. OMBA avait déploré l’état de méfiance, de tension dans lequel est plongé le football malien. Il est temps, a-t-il conseillé, que les Maliens décident d’aller au-delà des considérations de personne pour la résolution de la crise. Il a regretté que cette situation soit entretenue par des fils du pays ayant décidé de prendre en otage le football.
« Ils ont relégué le développement du football malien au second plan. Le football malien a assez payé, ça suffit maintenant », a martelé M. OMBA !

Les promesses tenues de Baba
C’est sous des applaudissements nourris que le président sortant du comité exécutif de la FEMAFOOT, Boubacar Baba DIARRA, a prononcé son discours bilan après 4 ans passés à la tête du football de notre pays. Ainsi, après avoir salué les succès incontestables engrangés par son bureau exécutif, Boubacar Baba DIARRA a déploré la furie de ses adversaires contre lui qui a continué même après quand il a renoncé à briguer un second mandat. Boubacar Baba DIARRA a indiqué qu’il pensait que sa décision de renoncer à briguer un second mandat allait apporter sa dose de sérénité dans le rang des contestataires.
Selon lui, le bureau a dû consacrer beaucoup de temps souvent à la gestion de la crise de football orchestrée par certains dirigeants sportifs qu’au développement du football. Dans tous les cas, Boubacar Baba DIARRA soutient que 4 ans après son élection à la tête du comité exécutif de la FEMAFOOT, les promesses faites à Mopti en 2013 devant l’assemblée générale élective ont été tenues. Rappelant certaines de ces promesses, il a déclaré avoir pris l’engagement sans faille pour le développement de notre football sur la base d’un engagement total, de la probité et de l’intégrité morales ainsi que de faire évoluer positivement la pratique du football, etc.
À l’heure du bilan, le président sortant se dit comblé : « je suis fier aujourd’hui de déclarer qu’en aucun moment, je n’ai manqué à cet engagement d’honnêteté, de légalité et surtout de devoir de vérité envers vous. Ce serment que je m’étais fait, je n’y ai pas failli ! Jamais, au cours de ce mandat, une seule de mes décisions n’a pu être prise à défaut, c’est-à-dire dans le sens contraire de nos statuts et règlement. Je n’ai rien dissimulé, je n’ai rien transformé, je n’ai rien accaparé. J’ai dirigé avec une rectitude morale pour qu’au jour du bilan, c’est-à-dire aujourd’hui, je puisse vous regarder dans les yeux, et à travers vous, l’ensemble du public sportif voire l’ensemble du peuple malien avec la hauteur requise. Je n’ai pas honte de mon bilan ! »

Les adieux de Baba
Dans son speech, Boubacar Baba DIARRA a également déclaré qu’après toutes ces tempêtes, il a jugé nécessaire de se retirer du monde du football sans donner plus précision sur ce qu’il entend faire dans l’avenir. Donc, comme il l’a souligné ce discours est aussi celui de ses adieux avec le monde du football malien. Pour Baba, la crise a été l’occasion pour des acteurs de régler leurs comptes en s’en prenant à sa personne.
Le nouveau bureau n’a pas pu voir hier le jour, à cause de certains blocages consécutifs à la vérification des mandats. Face à la tension, les travaux ont été finalement suspendus pour reprendre aujourd’hui aux environs de midi.

À suivre…
Par Sikou BAH

 

Source: info-matin

MaliwebSports
Hier dimanche, dans la salle de réunion du gouvernorat, les acteurs du football de notre pays s’étaient donné rendez-vous à la faveur de l’Assemblée générale élective du comité exécutif de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT). L’élection du remplaçant du général président sortant Boubacar Baba DIARRA s’est déroulée dans un...