Si la sélection nationale l’emporte aujourd’hui à Windhoek, elle décrochera son billet pour la phase finale de la CAN. En face, les Warriors jouent leur avenir dans la compétition. Pour eux, ça passe ou ça casse.

Le Mali est à une victoire de la qualification pour la CAN, Cameroun 2022. En effet, si les Aigles gagnent aujourd’hui contre les Warriors namibiens, au compte de la 4è journée des éliminatoires, ils décrocheront leur ticket pour la phase finale de la plus prestigieuse des compétitions africaines. Arrivés à Windhoek (capitale de la Namibie) dimanche soir, le capitaine Hamari Traoré et ses partenaires sont déterminés à gagner ce match retour comme à l’aller gagné par la plus petite des marges au stade du 26 Mars (1-0).

L’unique but de la partie a été marqué par l’attaquant en forme du moment, El Bilal Touré (33è min). Comme à l’aller, le retour se jouera également à huis clos au stade Sam Nujoma, sur gazon synthétique. L’installation sportive de 15.000 places, terminée en 2005, a pris le nom de Samuel Shafiishuna Daniel Nujoma, révolutionnaire namibien, militant anti-apartheid, premier président de la Namibie (1990-2005).

«Notre objectif est la victoire, Inch Allah, nous allons gagner», promet Sékou Koïta qui a été intégré à l’aller en deuxième période. «C’est vrai que nous avons eu des difficultés à l’aller à Bamako, mais nous avons gagné. Chaque match à sa réalité et l’essentiel dans un match de football, c’est la victoire. Nous avons pris les trois points à l’aller et nous ferons tout pour remettre ça aujourd’hui. Nous allons corriger les lacunes du match aller. L’équipe est en confiance, ce sera notre point fort», ajoute le jeune international qui est considéré comme la star montante des Aigles.

«Si l’entraîneur me fait jouer, je suis prêt à tout pour le Mali. Je vais tout faire pour marquer ou pour faire marquer, c’est mon objectif et je suis là pour ça», avance Sékou Koïta. Son coéquipier Adama Traoré «Noss» abonde dans le même sens, en insistant sur l’importance de ce match retour. «On s’attend à un match difficile. On va rester concentrés sur le match pour prendre les trois points et se qualifier pour la CAN 2022. Nous sommes à l’extérieur, le match ne sera pas facile. Nous devrons rester concentrés pour espérer gagner», prévient l’international malien.

L’unique buteur de la manche aller, El Bilal Touré pense que la clé du match sera la concentration. «Nous ne sommes pas à domicile, l’adversaire va mettre tous les atouts de son côté pour essayer de gagner. C’est à nous de rester concentrés pendant toute la partie et se donner à fond sur le terrain. Inch-Allah, nous allons gagner. Nous sommes ici pour gagner ce deuxième match et qualifier pour la CAN», martèle El Bilal Touré. «Il faut rester concentrés et solidaires sur le terrain, le match ne sera pas facile et nous devons rester patients tout en disputant tous les ballons. Nous devons être au top physiquement et mentalement, si nous voulons repartir avec la qualification», insiste de son côté le milieu de terrain Lassana Coulibaly.

Quant au sélectionneur national Mohamed Magassouba, il révèle avoir prévenu ses joueurs que les deux confrontations avec la Namibie allaient «être palpitantes, compte tenu des facteurs physiologiques de l’adversaire». «Nous avons gagné trois points à l’aller, c’était essentiel. à Bamako déjà, le match a été difficile et il ne fait guère de doute cette manche retour le sera également. Nous avons travaillé pour gagner le match, le moral des joueurs est au beau fixe.

Ils vont aborder cette rencontre décisive le moral gonflé à bloc», annonce le sélectionneur national. «Les Namibiens ont bien joué en deuxième période au match aller, mais malgré tout, nous avons obtenu des occasions de but qui auraient pu nous permettre de tuer le match. Il ne faut pas aussi cracher dans la soupe. Nous sommes à une phase décisive, chaque équipe sait qu’elle peut se positionner. Il n’y aura donc pas de matches faciles», prévient le technicien.

Evoquant les forfaits de Moussa Djénépo, Amadou Haïdara et Samba Camara, Mohamed Magassouba dira : «Nous voulons être avec tout le monde, mais nous sommes dans un cas de force majeure. Ce qui seront sur le terrain doivent se battre pour faire plaisir à ce qui ne sont pas présents et à l’ensemble du peuple malien».

Ce match de la quatrième journée est également très important pour les Warriors qui jouent leur avenir face aux Aigles. En effet, si la sélection namibienne l’emporte aujourd’hui, elle reviendra à une petite unité du Mali et se relancera dans la course à la qualification. En revanche, si les Warriors perdent, ils diront adieu à la phase finale de la CAN. Pour les Namibiens, la rencontre sera donc comme une finale qu’il faut impérativement gagner pour continuer d’y croire. Dans sa publication d’hier, «The Namibian», le premier quotidien namibien qui est également le journal le plus lu du pays, a titré : Un espoir après la défaite.

«Malgré la défaite 0-1 face au Mali à Bamako vendredi soir, les Brave Warriors tireront l’espoir d’une belle performance pour la suite de leur campagne de qualification pour la CAN». Et le média d’ajouter : «Avec le match retour des deux nations à Windhoek mardi soir, la Namibie ne jure que par la victoire qui la remettra en lice pour une place à la phase finale de la CAN au Cameroun». Selon notre confrère, le sélectionneur Bobby Samaria a surpris en alignant des joueurs défensifs au milieu de terrain au match aller et en mettant son capitaine et maestro du milieu de terrain Petrus Shitembi sur le banc.

Envoyé spécial
Ladji M. DIABY

19h : Namibie-Mali

 

LES AIGLES PRENNENT LEURS QUARTIERS à HILTON WINDHOEK

La sélection nationale est arrivée dimanche soir à Windhoek, la capitale namibienne. L’avion de la compagnie Asky transportant les Aigles a atterri à l’aéroport de Windhoek, Hosea Kutako international, à 22h30 (20h30 GMT). «Le voyage a été long et nous remercions le gouvernement d’avoir affrété un vol spécial pour l’équipe.

Si c’était un vol régulier, le voyage allait être encore plus long et surtout épuisant», a déclaré le gardien de but Adama Keïta à sa descente d’avion. Interrogé sur la difficile victoire de la manche aller, le joueur dira : «Chaque match a ses vérités. Est-ce que nous allons jouer de la même manière comme l’aller ? Est-ce que les Namibiens vont jouer de la même manière qu’à Bamako. Nous pouvons changer de système de jeu à tout moment. Nous avons des joueurs de qualité et je suis sûr que nous allons gagner ce match».

«Le voyage a été long, mais tout le monde pouvait dormir dans l’avion. Nous sommes des sportifs et nous sommes habitués aux longs voyages», a indiqué pour sa part le sélectionneur national adjoint, Fousseyni Diawara. Après son départ de l’aéroport, la délégation a mis le cap sur Hilton Windhoek, un hôtel 5 étoiles situé au centre de la capitale namibienne où elle arrivera aux environs de minuit. Ici, les conditions d’hébergement sont bonnes et les joueurs de Mohamed Magassouba n’ont pas manqué de le souligner et d’afficher leur satisfaction.

«Le voyage a été long, mais nous sommes dans de bonnes conditions. Tout se passe bien à l’hôtel», a témoigné Cheick Doucouré. Son coéquipier Hamidou Traoré «Dou» renchérira : «Les conditions sont bonnes et nous ne nous plaignons de rien». Hier, les Aigles ont effectué le test Covid-19 et les résultats sont attendus aujourd’hui. Ces tests ont pris du retard, ce qui a un peu bouleversé le programme de la journée de la sélection nationale. Ainsi, la promenade qui était prévue dans la matinée a été annulée, mais pas la séance vidéo. à 19h, l’équipe nationale a effectué la traditionnelle reconnaissance. Le grand choc aura lieu aujourd’hui à 19h GMT, deux heures de plus en Namibie.
L. M. D.

Source: L’Essor- Mali

MaliwebSports
Si la sélection nationale l’emporte aujourd’hui à Windhoek, elle décrochera son billet pour la phase finale de la CAN. En face, les Warriors jouent leur avenir dans la compétition. Pour eux, ça passe ou ça casse. Le Mali est à une victoire de la qualification pour la CAN, Cameroun 2022. En...