Les Rouges ont pris une bonne option sur la qualification, en allant gagner 1-0 au Nigeria face à MFM. Une victoire que l’équipe doit confirmer au match retour à domicile pour composter son ticket pour la phase finale

«Un avantage d’un but c’est important, mais pas forcément décisif. Ce n’est donc pas le moment de crier victoire parce que nous ne sommes pas encore qualifiés pour la phase de poules». Sans chercher à mettre la pression sur ses joueurs, l’entraîneur du Djoliba, Fanyeri Diarra veut garder le triomphe modeste.
Il a marqué un grand coup, en allant gagner 1-0 au Nigeria, face à MFM, au compte du match aller du tour de cadrage de la C2, mais en homme averti, le technicien sait que la qualification n’est pas encore en poche et que c’est un autre match qui l’attend, le 17 avril à Bamako. En clair, pour lui, la qualification se jouera au stade Modibo Keïta, mais pas sur le succès de la manche aller à Lagos.
«Avant de voyager, j’ai bien dit que si nous voulons nous qualifier, nous devons ramener un bon résultat du Nigeria. C’est-à-dire, une victoire ou un match nul chiffré. L’équipe joue mieux à l’extérieur, du moins depuis le début de cette campagne. A domicile, nous avons un public très exigeant qui exerce souvent beaucoup de pression sur les joueurs. Nous devons donc faire attention et oublier le résultat du match aller. Je suis optimiste, mais il faut être prudent», prévient le technicien.
«Au Nigeria, les gens pensaient que nous allions fermer jeu et jouer derrière, mais nous avons produit un jeu offensif et l’équipe a été récompensée. L’équipe s’est créée beaucoup d’occasions et aurait pu tuer le suspense dès le match aller avec un peu plus de concentration devant les buts adverses. Mais tout ça est désormais derrière nous, il faut se concentrer sur le match retour. Nous avons un effectif jeune, c’est la première fois que la plupart des joueurs jouent à ce niveau. Nous allons tout faire pour achever le travail à Bamako et atteindre notre objectif qui est qualification à la phase de poules», conclura Fanyeri Diarra.
L’unique buteur à Lagos, Mohamed Niapégué Cissé affiche également son optimisme pour la suite des événements, mais ne veut surtout pas s’enflammer après le précieux succès de la manche aller. «Nous sommes très contents de ce que nous avons réalisé au Nigéria. Mais nous n’avons joué que la première période, il reste la deuxième période qui aura pour cadre le stade Modibo Keïta. Nous avons fait un grand pas vers la qualification mais rien n’est encore acquis», abondera le joueur.
«Mon but, c’est le fruit d’un effort collectif. Nous avons respecté les consignes de l’entraîneur et nous nous sommes parlés. Nous nous sommes dit qu’il faut reproduire la copie des séances d’entraînements. Nous avons constaté que l’équipe ne produisait pas le même football en match et lors des séances d’entraînements. Nous avons parlé de tout ça, avant notre départ à Lagos», révélera Mohamed Niapégué Cissé qui a débarqué au Djoliba lors de la saison 2014-2015 pour un transfert estimé à 10 millions de F cfa.
A l’image de Mohamed Niapégué Cissé, le milieu offensif Oumar Kida souligne également la bonne prestation de l’équipe au match aller «Nous avons été solidaires sur le terrain, nous avons bien joué. Nous remercions le bon Dieu qui nous a donnés la victoire et tout le peuple malien pour son soutien. Nous allons rester serein et préparer le match retour», dira notre interlocuteur.
De son côté, Chiaka Bagayoko «Chato», assure que tout le groupe est concentré sur le sujet et conscient de l’enjeu de la manche retour. «C’est comme si on n’a joué que les 45 premières minutes. La deuxième partie sera jouée à Bamako. Avec le soutien de tout le Mali, Inch Allah, nous atteindrons notre objectif», lâchera l’ailier des Rouges.

Ladji M. DIABY

Essor

MaliwebSports
Les Rouges ont pris une bonne option sur la qualification, en allant gagner 1-0 au Nigeria face à MFM. Une victoire que l’équipe doit confirmer au match retour à domicile pour composter son ticket pour la phase finale «Un avantage d’un but c’est important, mais pas forcément décisif. Ce n’est...