Le président de l’Association pour l’Unité et le Développement de Quinzambougou, Ibrahim Cissé, a organisé une rencontre, samedi dernier, au Foyer des jeunes dudit quartier. Il était accompagné de plusieurs sages du quartier. L’objectif de cette réunion était de sensibiliser les jeunes par rapport au contentieux qui mine la Commission Sportive de Quinzambougou.

 

Rappelons que, depuis plusieurs semaines, les membres de  ladite Commission sont à couteaux tirés à cause d’un contrat publicitaire de 5 millions FCFA, qui doit revenir aux sportifs du quartier. Deux bureaux  répondent désormais au nom de la Commission. D’un côté, le bureau d’Ali Haïdara et en face, celui de Mohamed Bilal Traoré dit Bill. Ce dernier affirme avoir été désigné président suite à une suspension prononcée contre M. Haïdara par la Mairie de la Commune II.

Ainsi, avec la bénédiction de la mairie, Mohamed Traoré a récupéré les 5 millions de FCFA de l’année 2019 que BRADIBO alloue chaque année à la Commission dans le cadre d’un partenariat. Sommé de restituer l’argent, ce dernier a dit niet.  » J’ai refusé, car c’est un mandat qui m’a été donné par la mairie pour récupérer l’argent. Ali et ses partisans ont rejeté la demande d’ouverture d’un compte bancaire que j’ai proposé. Ils ont donc amené l’affaire devant la justice « , a-t-il expliqué.

Alors que le dossier est pendant devant la justice, le président de l’Association pour l’Unité et le Développement de Quinzambougou met les pieds dans le plat en faisant des révélations. « Je suis le 1er Conseiller du Chef de quartier. Mais je nesuis pas là à ce titre. J’ai organisé cette rencontre en tant que président de l’Association pour l’Unité et le Développement de Quinzambougou, qui a même intronisé le chef de quartier.  C’est elle qui coiffe toutes les associations dans le quartier », a indiqué Ibrahim Cissé.

Puis de poursuivre :  » Informés de la situation qui prévaut au sein de la Commission sportive, nous avons tenu une réunion au cours de laquelle nous avons demandé au chef de quartier de parler au maire, qui n’a aucun droit de suspendre le président Ali Haïdara. La Commission sportive dépend d’un Comité local, qui relève du district 2 puis de la Ligue. S’il y a un problème, la mairie doit inviter les uns et les autres à une Assemblée. Mais cela n’a pas été fait. La mairie a pris seule la décision arbitraire de suspendre Ali Haïdara et le remplacer par Mohamed Traoré dit Bill à cause des divergences. Et le chef dequartier est au courant de cette manigance et il n’a pipé aucun mot « .

Toutefois, le vieil homme a invité les jeunes à la retenue.  » Nous demandons aux jeunes d’éviter des altercations et de rester derrière la justice. Mais ils doivent  rester soudés pour réclamer leur droit « , a-t-il insisté.

Certaines notabilités, présentes à la rencontre, ont abondé dans le même sens en demandant aux jeunes de ne poser aucun acte de violence.

Un message bien capté par le camp Ali Haïdara, qui affirme avoir confiance en la justice pour trancher le litige.

Il nous revient qu’après une première audience,  le Procureur du tribunal de la Commune II aurait instruit à la Gendarmerie de récupérer les 5 millions FCFA auprès de Mohamed Traoré avant que le droit soit dit sur le contentieux. Affaire à suivre !

SIC

Source: l’Indépendant

MaliwebSociétéSports
Le président de l’Association pour l’Unité et le Développement de Quinzambougou, Ibrahim Cissé, a organisé une rencontre, samedi dernier, au Foyer des jeunes dudit quartier. Il était accompagné de plusieurs sages du quartier. L’objectif de cette réunion était de sensibiliser les jeunes par rapport au contentieux qui mine la...