EXPLOIT. Le WAC a remporté ce lundi la Ligue des champions d’Afrique contre les Égyptiens d’Al-Ahly. Il ponctue une séquence exceptionnelle pour le football marocain.

Le Wydad Athlectic Club vient de signer sa troisième victoire en Ligue des champions d’Afrique après 1992 et 2017. Il rejoint au palmarès son grand rival de Casablanca, le Raja, mais est encore loin derrière sa victime du jour, Al-Alhy, double tenant du titre et recordman de l’épreuve avec dix victoires. Le Wydad, dont le nom signifie « Amour » et vient d’un film de la légendaire chanteuse égyptienne Oum Kalsoum, a mérité sa victoire pour avoir joué sa finale avec beaucoup d’intensité. Son puissant attaquant congolais aux cheveux teints en rouge, Guy Mbenza, a fracassé la barre transversale d’une frappe puissante (11e), mais celui que l’histoire retiendra s’appelle Zouheir El Moutaraji.

 

À LIRE AUSSILigue des champions : Wydad de Casablanca-Al Ahly du Caire, le choc

 

Pour le Wydad, un héros nommé El Moutaraji

Le n° 7 de l’équipe de Casablanca a en effet marqué les deux buts du match et de son équipe dans une ambiance de folie. D’abord, par une frappe somptueuse (15e), puis par un but de chasseur en deux temps (48e), Zouheir El Moutaraji a fait deux fois exploser le stade Mohamed V. Roi d’Afrique avec dix Ligues des champions au compteur, Al-Ahly a dû s’incliner devant les inspirations de l’attaquant marocain. Pour le premier but, Zouheir El Moutaraji a exécuté une frappe fantastique des 30 m enveloppée dans la lucarne de Mohamed El-Shenawy (15e). Pour le deuxième but, sur un contre, en deux temps, sa première frappe étant repoussée par le gardien égyptien, El Moutajari a dévoré Mohamed Hany, le défenseur égyptien, et doublé la mise juste après la pause.

La réplique d’Al-Ahly insuffisante

Al-Ahly, double tenant du titre, n’a pas su répliquer malgré une occasion de Taher Mohamed (35e) et une frappe de Mohamed « Afsha » Magdy contrée par Ahmed Reda Tagnaouti (74e). Le gardien marocain a encore été décisif devant Mohamed Sherif (82e), à bout portant, faisant exploser de joie le bouillant public du WAC qui a garni à ras bord le stade Mohammed V de Casablanca.

Pour l’entraîneur Walid Regragui, 46 ans, passé par la Ligue 1 française, notamment Toulouse et l’AC Ajaccio, il s’agit du premier triomphe continental. Il a vaincu l’entraîneur sud-africain d’Al-Ahly, Pitso Mosiman, vainqueur des deux dernières éditions de Ligue des champions et de la C1 de 2016 avec les Mamelodi Sundowns, le club de Pretoria. Cerise sur le gateau : ce titre du WAC ponctue une séquence exceptionnelle pour le football marocain, qui a vu le 20 mai dernier la victoire de la Renaissance sportive de Berkane en Coupe de la Confédération africaine de football (CAF).

 

À LIRE AUSSILigue des champions : Et de dix pour Al-Ahly !

 

L’épilogue d’un beau printemps pour le football marocain

En effet, sur la pelouse du stade Godwill Akpadio de la ville nigériane d’Uyo, le club marocain de la Renaissance de Berkane avait disposé de l’équipe sud-africaine d’Orlondo Pirates, à l’issue de la séance de tirs au but (1-1 après prolongations, 5 tab à 4), les deux équipes ayant fait match nul (1-1) après les prolongations. La Renaissance de Berkane avait pris l’avantage sur pénalty (97e) transformé par Youssef El Fahli. Orlando Pirates a égalisé à la 117e minute. Le club orange avait ainsi disputé sa 3e finale de Coupe de la CAF, après une finale perdue en 2019 face au Zamalek et une autre remportée en 2020 aux dépens d’une autre équipe égyptienne, Pyramids FC.

À l’occasion de cette victoire de la Renaissance sportive de Berkane, le roi Mohammed VI avait adressé un message de félicitations au club. Dans son message, le souverain avait exprimé sa joie en ces termes : « Nous ne pouvons manquer de vous faire part de notre fierté de ce titre continental qui rend honneur au club de la Renaissance sportive de Berkane et au football marocain, et que vous avez remporté, avec brio et distinction, pour la deuxième fois, grâce à vos efforts sérieux et à l’ambition qui vous anime pour représenter le Maroc de la meilleure façon dans diverses compétitions internationales, et pour hisser haut les couleurs nationales ». Il s’est dit « convaincu que ce sacre précieux constituera une source de motivation pour le club de la Renaissance sportive de Berkane, ainsi que pour le reste des clubs sportifs marocains, pour poursuivre leurs brillants parcours à la tête des différents championnats africains et arabes, souhaitant aux membres du club berkani plein de succès et la réalisation de davantage d’exploits et de titres ». Manifestement, sa parole semble avoir eu un fort écho car la victoire du Wydad s’inscrit littéralement dans cette orbite.

 

Source: lepoint