Auteur d’un mercato estival XXL, le FC Barcelone peine pourtant à enregistrer ses recrues comme nous tentions de vous l’expliquer dernièrement. Et la donne s’aggrave, un peu plus, ces dernières heures. Selon les dernières informations de la Cadena COPE, le Barça ferait face à un problème de dernière minute pour activer son nouveau levier économique – la quatrième palanca – qui prévoit la vente de 24,5% des droits d’exploitation des Barça Studios, censée rapporter 100 millions d’euros au club.

L’officialisation de ce levier était attendue ce jeudi, et la vente elle, est actuellement retardée. De ce fait, Xavi ne peut toujours pas compter sur Robert Lewandowski, Raphinha, Franck Kessié, Jules Koundé, Andreas Christensen ou encore Ousmane Dembélé, considéré comme un nouveau joueur après la signature de son nouveau contrat (l’officialisation a eu lieu après le 30 juin). Un terrible coup dur pour le Barça, alors que le championnat démarre ce soir, et que le club catalan reçoit samedi à 21h le Rayo Vallecano au Nou Camp.

La Liga n’a toujours pas reçu la documentation officielle

Il est à craindre que les nouvelles recrues ne seront pas de la partie pour cette 1ère journée. Car, même si les documents sont fournis en temps et en heure à la Liga, cette dernière ne va pas se précipiter. L’analyse de ces papiers officiels demande du temps et quelques heures ne suffiront pas à tout boucler. Javier Tebas a d’ores et déjà prévenu la direction barcelonaise qu’il faudra sans doute attendre la 2e journée. C’est ce qu’indique Mundo Deportivo ce matin, précisant au passage une autre mauvaise nouvelle.

Elle n’a toujours pas reçu l’ensemble de la documentation officielle du fameux 4e levier, la même qu’elle attendait déjà hier. Selon le quotidien catalan, il est peu probable qu’elle arrive aujourd’hui. Autrement dit, malgré un mercato étincelant, le FC Barcelone jouera selon toute vraisemblance sans ses nouvelles têtes demain soir. La nouvelle a de quoi inquiéter car tant qu’il n’y a rien de certifié par la fédération, les difficultés économiques du club sont toujours d’actualité. Et la menace de voir des joueurs comme Kessié et Christensen s’en aller précipitamment plane toujours.