Ce dimanche en Coupe de la Confédération, le défenseur malien et ses coéquipiers affrontent le CS Sfaxien dans un choc 100% tunisien. Dans cette interview, l’ancien joueur du Djoliba évoque ce gros choc qui fait toujours saliver en Tunisie, revient sur son contrat qui s’achève en fin de saison avec l’Étoile du Sahel et affiche ses ambitions pour la suite de sa carrière. À 28 ans, le joueur ne pense pas à la retraite et le dit sans détours

 

L’Essor : Vous êtes à l’Étoile du Sahel depuis 2017 et votre contrat prend fin cette année. Qu’envisagez-vous de faire à la fin de la saison, partir ou signer un nouveau contrat ?

Mohamed Oumar Konaté : Effectivement, ça fait presque quatre ans que je suis à l’Étoile du Sahel et mon contrat prend fin cette année. J’ai fait quatre bonnes années dans cette équipe et je n’ai jamais eu de problèmes. Je me sens très bien ici et je m’entends bien avec les dirigeants, avec mes coéquipiers et bien évidemment avec les supporters. Ce que j’envisage de faire à la fin de cette saison est très simple, Dieu merci je suis en très bonne forme et capable de jouer encore de nombreuses années au plus haut niveau. Je suis donc ouvert à tout projet sportif ambitieux et intéressant. C’est tout ce que je peux dire pour le moment, on verra à la fin de la saison.

L’Essor : Quel bilan faites des quatre ans passés au club ? Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

Mohamed Oumar Konaté : Je dirai que c’est un bilan positif. Nous avons un bon groupe et actuellement nous occupons la deuxième place du championnat avec 39 points. Nous sommes ambitieux et nous comptons aller de l’avant pour faire plaisir à nos dirigeants et à nos supporters. Mes meilleurs souvenirs, c’était en 2019 quand nous avons remporté la Coupe arabe et la même saison nous étions en concurrence avec le CS Sfaxien pour la deuxième place du championnat qui est synonyme de qualification pour la Ligue des champions d’Afrique. Le CS Sfaxien était devant nous, mais à la fin nous avons terminé à la deuxième place. C’était sous la commande de l’entraîneur français Roger Lemerre, un bon technicien auquel je rends hommage pour tout ce qu’il m’a apporté dans ma modeste carrière.

L’Essor : Après 20 journées de championnat, l’Étoile du Sahel (39 points) occupe la deuxième place du classement derrière l’Espérance sportive de Tunis (46 points). Comment voyez-vous la suite des événements ? Quel est l’objectif de l’Étoile du Sahel ?

Mohamed Oumar Konaté : Exactement nous sommes deuxièmes au classement, ce n’est pas mal, au contraire c’est une bonne performance pour nous. L’équipe est ambitieuse et nous ne comptons pas nous contenter de cette deuxième place. L’objectif principal du club est de remporter le titre de champion et je crois que nous avons les moyens d’y parvenir. L’équipe est dans toutes les conditions pour être au rendez-vous.

L’Essor : L’Étoile du Sahel est également engagée en Coupe de la Confédération et après deux journées, l’équipe compte 3 points, à égalité avec Salitas du Burkina Faso. Ce dimanche, vous affrontez un autre club tunisien, le CS Sfaxien qui compte 4 points. Qu’attendez-vous de ce choc 100% tunisien ?

Mohamed Oumar Konaté : C’est un classico. Les deux équipes se connaissent bien. Je crois fermement que la victoire sera pour nous, car nous nous préparons pour faire un bon match et avoir un résultat positif. Nous avons confiance en nous et j’invite tous les Maliens à regarder ce match dimanche car ce sera un gros choc, peut-être le match de l’année pour les deux équipes.

L’Essor : Vous avez joué au Maroc avec la RS Berkane et en Libye, avant de rejoindre la Tunisie. Est-ce parce que vous n’avez pas reçu d’offres que vous avez passé tant d’années dans les championnats de ces trois pays ?

Mohamed Oumar Konaté : J’ai eu plusieurs occasions dans ma carrière de rejoindre l’Europe, par exemple la France, mais au final ça ne s’est jamais fait, pour des raisons diverses. Mais je ne regrette rien, j’ai été chanceux de jouer dans les meilleurs championnats d’Afrique, dans les plus grands clubs du continent et ce n’est pas encore fini. Je ne désespère pas d’aller en Europe, bien au contraire car j’ai confiance en moi et également à mon agent. Je sais que très bientôt, je vais rebondir dans un championnat plus relevé. Dieu merci, là où je suis, je joue régulièrement, je ne regarde pas le match sur le banc comme beaucoup de mes compatriotes. Je n’ai pas honte car j’ai un temps de jeu qui me permet de garder ma forme.

L’Essor : Depuis plus d’une décennie, les clubs maliens courent toujours derrière la phase de poules de la Ligue des champions d’Afrique. Selon vous, qu’est-ce qui explique cette longue traversée du désert et qu’est-ce qui fait la différence entre les clubs maliens et ceux de l’Afrique du Nord qui participent régulièrement à la compétition ?

Mohamed Oumar Konaté : Je pense que tout le monde à la réponse à cette question. Les clubs maliens ne fournissent pas d’efforts pour mettre les joueurs dans les conditions. En plus, le championnat n’est pas professionnel, jusque-là il est amateur. Il faut que les clubs sortent de cet amateurisme, qu’ils paient bien les joueurs, qu’ils mettent à la disposition des joueurs des bus pour les déplacements et pour mieux faire les entraînements.

Si les clubs maliens paient bien les joueurs, je vous jure qu’ils ne tarderont pas à accéder à la phase de poules de la Ligue des champions et, pourquoi pas, remporter la couronne continentale. Notre pays est une nation de sport en général et de football en particulier. La différence entre les clubs maliens et ceux de l’Afrique du Nord, c’est seulement qu’ici le championnat est professionnel et mieux organisé qu’au Mali. Ça me fait très mal de dire cela, mais c’est la vérité. Je suis Malien et fier de l’être. Il faut que les dirigeants maliens injectent de l’argent dans le football pour le bonheur des joueurs et aussi pour leur propre bonheur.

L’Essor : Depuis l’arrivée de Mohamed Magassouba à la tête de la sélection nationale en 2017, vous n’avez pas été convoqué. Selon vous, quelles en sont les raisons ? Que pensez-vous de l’effectif actuel des Aigles qui est majoritairement composé de jeunes joueurs ?

Mohamed Oumar Konaté : Oui, depuis l’arrivée des deux techniciens à la tête de la sélection nationale, à savoir Mohamed Magassouba et son adjoint Fousseyni Diawara, je n’ai pas été convoqué. Les raisons ? C’est probablement une question de choix et de génération, puisque les joueurs sélectionnés sont majoritairement des jeunes. Sinon, j’ai 28 ans et je pense que je peux toujours apporter quelque chose à la sélection. J’ai les qualités et je joue dans l’un des plus grands clubs d’Afrique, à savoir l’Étoile du Sahel. Jouer en équipe nationale est la plus grande chose pour tout joueur, donc ce serait un honneur de revenir si on me fait appel.

Je suis prêt, si on m’appelle je répondrai avec plaisir. Concernant l’effectif actuel des Aigles, je pense qu’on a une bonne équipe, qui joue très bien. La jeune génération est pétrie de talent et je vois cette équipe remporter la prochaine CAN en 2022 au Cameroun. Je n’ai aucun doute là-dessus, mais il y a une condition : que la Fédération malienne de football garde ces jeunes et que l’équipe prépare bien le tournoi. Je souhaite bonne chance aux Aigles et demande aux Maliens de faire bloc derrière l’équipe.

L’Essor : Le Mali s’est qualifié pour la phase finale de la CAN 2021, à deux journées de la fin des éliminatoires. Quels commentaires faîtes vous de cette performance de la sélection nationale ?

Mohamed Oumar Konaté : Cette équipe joue très bien, les jeunes se comprennent et ça se voit dans les matchs. L’entraîneur a fait un bon travail depuis qu’il a pris les commandes de l’équipe. Ce que les joueurs nous ont montré durant les éliminatoires de la CAN, je pense qu’ils feront la même chose pour les éliminatoires de la Coupe du monde qui vont débuter dans quelques mois. Nous devons préparer ces matches dès maintenant avec des rencontres de préparation et des stages dignes de ce nom. Une fois encore, je souhaite bonne chance au groupe et croise les doigts en espérant que mon pays se qualifiera pour la première fois de son histoire à une phase finale de la Coupe du monde et Mohamed Oumar Konaté fera partie de la sélection.

L’Essor : La phase de poules des éliminatoires de la Coupe du monde, Qatar 2022 va bientôt débuter. Le Mali évoluera dans le groupe E avec le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda. Selon vous, quelles sont les chances des Aigles dans cette poule et quel est, à votre avis, le pays qui peut poser des problèmes au Mali ?

Mohamed Oumar Konaté : Le Mali a sa chance dans ce groupe. J’ai déclaré plus haut que notre pays est une nation de football. Le pays qui peut nous poser des problèmes, je pense que c’est le Rwanda qui dispose de bonnes infrastructures et qui met ses joueurs dans de bonnes conditions de travail. Si le ministère de la Jeunesse et des Sports apporte son aide à la Femafoot, je crois que cette équipe sera présente au prochain Mondial.

L’Essor : Vous avez 28 ans, est-ce que vous pensez déjà à l’après-football et que comptez-vous faire après la retraite ?

Mohamed Oumar Konaté : Pour le moment je n’y pense pas trop mais d’ici la fin de ma carrière, je verrai ce que je ferai après le football. Mais ce sera quand même en relation avec le sport, car le sport, c’est ma vie et je ne me vois pas faire autre chose que le sport.

L’Essor : Avez-vous une idole dans le monde du football ?

Mohamed Oumar Konaté : J’ai deux idoles dans le monde du football : la première, c’est mon compatriote Adama Coulibaly «Police», un excellent défenseur. Je suis émerveillé quand je le vois jouer. Il s’est battu aux côtés des Bassala Touré, Seydou Keïta «Seydoublen», Mamadou Diarra «Djila» pour ne citer que ces quelques noms pour offrir au Mali sa première couronne continentale mais Dieu n’a pas voulu. Je souhaite longue vie à mon aîné «Police». Ma deuxième idole est également un défenseur central. Il s’agit du Camerounais, Rigobert Song. Il détient le record de sélections avec les Lions indomptables (137, ndlr). Il a remporté plusieurs fois le trophée de la CAN pour son pays avec l’excellent Samuel Eto’o, avant de mettre un terme à sa carrière internationale en août 2010. Longue vie à lui aussi.

Avec votre permission, je voudrai saluer tous les supporters maliens pour le soutien qu’ils apportent aux sportifs du pays, en général et aux footballeurs, en particulier. Je demande aux supporters d’être patients avec les sélections nationales. Quant aux dirigeants, je leur demande d’enterrer la hache de guerre pour le bonheur des footballeurs. Mes salutations à mon club formateur, le Djoliba. Je souhaite bonne chance à l’équipe dans la course au titre de champion du Mali.

Interview
réalisée par
Djènèba BAGAYOKO

Bio express

Prénom et Nom :
Mohamed Oumar Konaté
Date de naissance :
20 décembre 1992
Poste : Défenseur
Taille : 1,91m

Poids : 89 kg
Nombre de sélection : 11
PARCOURS
2009-2012 : Djoliba
2013-2014 : RS Berkane
2015 : Al Ahly Tripoli
2015 : RS Berkane
Depuis 2017 : Étoile du Sahel

Source : L’ESSOR

MaliwebSports
Ce dimanche en Coupe de la Confédération, le défenseur malien et ses coéquipiers affrontent le CS Sfaxien dans un choc 100% tunisien. Dans cette interview, l’ancien joueur du Djoliba évoque ce gros choc qui fait toujours saliver en Tunisie, revient sur son contrat qui s’achève en fin de saison...