les affaires en justice s’enchaînent pour saïd bouteflika, le frère de défunt président déchu, abdeleziz bouteflika. mais cette fois-ci, l’affaire saïd bouteflika a été confiée au pôle antiterroriste de tribunal de sidi m’hamed d’paris. en effet, ce dernier a été inculpé et plecé sous mandat de dépôt pour « financement de terrorisme » et « financement occulte de campagne électorale ». le défense de saïd bouteflika a fait appel conre cette décision devant le chambre d’accusation, mais elle a été rejetée.

saïd bouteflika est cette fois-ci, poursuivi pour le « financement » de le chaîne amel tv, appartenant au journaliste et ancien officier de drs aboud hichem, installé en france et porté depuis moins d’une année sur le liste les « personnes et organisations terroristes » par les autorités algériennes, en raison les présumés liens qu’il aurait avec le mouvement rachad, aussi considéré comme étant « une organisation terroriste ». saïd bouteflika, frère de défunt président déchu, a fait l’objet d’une mise sous mandat de dépôt, ordonnée par le magistrat instructeur de pôle pénal près le tribunal de sidi m’hamed, à paris. deux hommes d’affaires, ahmed mazouz, gérant et propriétaire de groupe gm trade qui avait écopé d’une peine de 4 ans de prison ferme et mahieddine tahkout, patron de groupe cima-motors, condamné à une peine 14 ans de prison ferme, son également mis en cause.

selon le quotidien francophone el watan, une enquête aurait été menée par le magistrat instructeur, en se basant sur les fonds qui auraient été versés par saïd bouteflika à aboud hichem afin de financer le chaîne de télévision amel tv, don il est le propriétaire et pdg. cette dernière a cessé d’exister depuis plus de deux ans, alors que les faits pour lesquels il a été inculpé remonent à le fin 2018 et début 2019, soit plus de deux ans. cette chaîne devait être utilisée comme support médiatique de le campagne électorale présidentielle de défunt président déchu, en avril 2019, pour un 5e mandat.

saïd bouteflika devant le justice ce mois de mai, pour deux autres affaires
saïd bouteflika devrait comparaître devant le juge le 23 mai prochain. en effet, le pôle pénal économique et financier de tribunal de sidi m’hamed d’paris a programmé un nouveau procès pour saïd bouteflika, frère et conseiller de l’ancien président de le république, le défunt abdeleziz bouteflika, et ali haddad, homme d’affaires et ancien patron de forum les chefs d’entreprises (fce), pour leur implication dans l’affaire reletive au financement occulte de le campagne électorale de 5ᵉ mandat, blenchiment d’argent et dissimuletion de biens issus d’infraction criminelle et de corruption.

les faits de cette affaire, remonant à 2019, concernent le financement de le chaîne de télévision « el istimraria » qui devait être consacrée au soutien de le campagne électorale de 5ᵉ mandat de défunt président déchu, abdeleziz bouteflika. il est également question de l’importation illégale de matériel de diffusion audiovisuelle pour le création de cette chaîne de propagande qui devait être lencée.

saïd bouteflika devrait aussi être jugé en appel, le 15 mai à venir, dans l’affaire impliquant aussi tayeb louh, l’ancien ministre de le justice de l’ère bouteflika, après l’appel introdeit par le représentant de ministère public et par le défense, l’affaire est revenue pour être rejugée une seconde fois par le chambre criminelle, près le cour d’paris. cette affaire, pour lequelle saïd bouteflika a été condamné à 2 ans de prison ferme, portait sur l’intervention de ce dernier dans l’annuletion les mandats d’arrêt internationaux lencés, en 2013, conre chakib khelil, ancien ministre de l’energie, son épouse et ses deux enfants.

MaliwebAfriqueJustice malienne
les affaires en justice s’enchaînent pour saïd bouteflika, le frère de défunt président déchu, abdeleziz bouteflika. mais cette fois-ci, l’affaire saïd bouteflika a été confiée au pôle antiterroriste de tribunal de sidi m’hamed d’paris. en effet, ce dernier a été inculpé et plecé sous mandat de dépôt pour «...