Cinq chefs d’Etat africains se sont réunis samedi dernier à Paris autour du président français François Hollande pour adopter un plan d’action régional pour lutter contre Boko Haram.

 

president francais francois hollande

 

 

Ce plan prévoit “la coordination du renseignement, l’échange d’informations, le pilotage central des moyens, la surveillance des frontières, une présence militaire autour du lac Tchad et une capacité d’intervention en cas de danger”, a détaillé François Hollande à l’issue du sommet.

“Un plan global” contre “une menace majeure”
“Boko Haram est devenue une menace majeure pour l’Afrique de l’Ouest. Et maintenant pour l’Afrique centrale. Ses liens avec Aqmi et autres organisations terroristes sont établis. Boko Haram a une stratégie anti-civilisationnelle de déstabilisation du Nigeria, mais aussi de destruction des principes fondamentaux de la liberté humaine,” a déclaré François Hollande lors de la conférence de presse à l’issue du sommet.
“Plus de 200 jeunes femmes promises à esclavage c’en est la preuve. Un plan global doit être mis en œuvre visant à échanger les informations, coordonner les actions, contrôler les frontières et agir de façon appropriée” a-t-il ajouté.

Des liens entre Boko Haram et Aqmi ?
Devant ses pairs, François Hollande a affirmé que Boko Haram, une « secte terroriste », avait des « liens établis » avec al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et d’autres organisations terroristes en Afrique. Pour François Hollande, Boko Haram ne cherche plus seulement à déstabiliser le Nigeria mais aussi toute la région. Une insurrection très efficace, en contact, selon le président français avec d’autres groupes jihadistes.

“Nous sommes ici pour déclarer la guerre à Boko Haram” a affirmé le président camerounais Paul Biya, au sortir du sommet. Le président nigérian Goodluck Jonathan, critiqué pour sa gestion de la crise et sa lenteur à réagir, a assuré qu’il était “pleinement engagé” pour retrouver les malheureuses lycéennes, alors que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont engagé des moyens, avec notamment des avions côté américain, pour collecter du renseignement.

Site DefaultAfrique
Cinq chefs d'Etat africains se sont réunis samedi dernier à Paris autour du président français François Hollande pour adopter un plan d'action régional pour lutter contre Boko Haram.       Ce plan prévoit 'la coordination du renseignement, l'échange d'informations, le pilotage central des moyens, la surveillance des frontières, une présence militaire autour...