Le président de la transition burkinabè Ibrahim Traoré aura été la victime d’une tentative de coup d’Etat déjouée, dans la nuit de dimanche à lundi dernier, a-t-on appris de sources médiatiques, jeudi.

 

L’information a été relayée par une radio locale se référant à une déclaration du capitaine Traoré lors d’une rencontre avec les organisations de la société civile, jeudi, et rapportée par des participants, car aucun journaliste n’a été présent et aucun enregistrement n’était disponible jusqu’à jeudi à 23h GMT.

“Le Capitaine Ibrahim Traoré a confirmé, jeudi, une tentative de putsch du régime le week-end dernier. Les auteurs, selon le Capitaine, sont connus. Mais il affirme prôner le dialogue”, a ainsi rapporté Radio Oméga.

“La confirmation d’une tentative de déstabilisation de l’actuel pouvoir est faite ce jeudi par le Capitaine Traoré lors d’une rencontre à Ouagadougou avec des Organisations de la société civile (OSC) et des leaders coutumiers et religieux”, selon la même source précisant que plus d’un millier de personnes ont participé à cette rencontre à la salle des conférences de Ouaga2000.

Citant des participants à cette rencontre le média souligne que “le Capitaine a demandé le soutien et l’accompagnement de tous car, des « forces » essaient de saboter les efforts du régime”.

“Il (le Président) a même indiqué, toujours selon des participants, qu’il s’agit des valets locaux, faisant allusion aux présumés auteurs de ce putsch, qui tente de saper le moral et les efforts”, a fait savoir le média soulignant que des participants ont expliqué que le Capitaine est allé plus loin en affirmant : “il y a même de l’argent qui est distribué pour cela (…) Il faut prendre l’argent, bouffer, mais ne tombez pas dans le panneau”, avant de demander aux participants “d’être en alerte et de se tenir prêts car le chemin ne sera pas facile”.

Pour rappel, Traoré est arrivé au pouvoir après avoir renversé le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba le 30 septembre dernier, huit mois après que ce dernier ait déposé le président Roch Marc Christian Kaboré élu pour un deuxième mandat en 2020.

Tous ces deux coups d’Etat – en moins d’une année- ont été justifiés par leurs auteurs par la dégradation de la situation sécuritaire que connait le pays depuis 2015.

AA / Ouagadougou / Dramane Traoré

Source : Anadolu Agency