Le parquet militaire a annoncé, mardi 11 janvier 2022, l’arrestation de huit soldats, soupçonnés de « déstabilisation des institutions de la République ».  Dans un communiqué, le procureur militaire explique qu’une enquête a été ouverte par la police judiciaire militaire, le 8 janvier. Les suspects ont d’ores et déjà été interrogés, notamment le lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana.

Même si le procureur militaire n’a pas communiqué les noms des huit soldats arrêtés, plusieurs sources sécuritaires évoquent le rôle du lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana. Chef de corps du 12e régiment d’infanterie commando, Emmanuel Zoungrana, 41 ans, est aussi écrivain et auteur de plusieurs romans.

Il commence son parcours à l’école militaire de Kadiogo en 1993. En 2000, titulaire d’un baccalauréat option philosophie, il rejoint ensuite l’école des officiers cadets du Togo, dont il ressort lieutenant en 2003.

L’attaque d’Inata, un tournant

Puis Emmanuel Zoungrana se dirige vers la formation commando. Il suit plusieurs stages au Maroc et en France, et finit par diriger le 25e régiment parachutiste commando. Un parcours exemplaire donc, jusqu’à la tragédie d’Inata qui, d’après nos confrères de Jeune Afrique, lui aurait coûté son poste en décembre 2021.

D’après le procureur militaire, c’est à la suite d’une dénonciation que le lieutenant-colonel Zoungrana et sept autres soldats ont été arrêtés. La police militaire les a déjà interrogés. Dans son communiqué, le parquet affirme qu’« à l’issue de cette étape, une suite sera donnée à cette procédure, conformément au respect de la présomption d’innocence et au droit de la défense ».

Source : RFI

MaliwebAfrique
Le parquet militaire a annoncé, mardi 11 janvier 2022, l’arrestation de huit soldats, soupçonnés de « déstabilisation des institutions de la République ».  Dans un communiqué, le procureur militaire explique qu’une enquête a été ouverte par la police judiciaire militaire, le 8 janvier. Les suspects ont d’ores et déjà été interrogés,...