Suite au discours du Premier ministre malien par intérim, Colonel Abdoulaye Maïga à la tribune des Nations Unies, le samedi 24 septembre 2022, la Classe politique, les syndicats et la société civile malienne ont réagi à travers des communiqués différents. Si certains comme l’UNTM, l’ADEMA PASJ, le M5-RFP, le CNJ-Mali, le SYNAC et le SYLTMAT se réjouissent du discours «mémorable, brillant et patriotique » du colonel Maïga, d’autres comme l’ancien ministre, Moussa Mara du parti YELEMA (Le Changement), déplorent « le ton belliqueux employé vis-à-vis de certains partenaires ».

Dans son discours de 18 pages, lu durant 35 minutes, le Colonel Abdoulaye Maïga a répondu aux sorties médiatiques du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres ; des autorités françaises ; du Président de la Côte d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattara ; du Président en exercice de la CEDEAO, Umaro Sissoco Embalo ; du Président de la République du Niger, Mohamed Bazoum. Ce discours a été apprécié différemment au sein de la société malienne. Pour preuve, dans un communiqué rendu public, le 25 septembre 2022, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), la première et la plus grande centrale syndicale du Mali, dirigée par Yacouba Katilé, a exprimé sa reconnaissance à tous les aspects de la déclaration du Mali. Avant de réaffirmer son adhésion et soutien total à l’œuvre de reconstruction Nationale entreprise par la Transition. Ensuite, dans son communiqué du 25 septembre 2022, le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques du Mali (M5-RFP) se reconnait également dans ce discours et salue le Premier ministre par intérim, le Colonel Abdoulaye Maïga, pour cette brillante intervention patriotique qui rétablit la vérité de la situation du Mali et de toute l’Afrique. « Le M5-RFP s’associe à cette nouvelle victoire diplomatique en réaffirmant tout son soutien aux Institutions de la Transition qu’il invite à persévérer davantage dans le combat pour la souveraineté, l’intégrité, l’indépendance et les choix stratégiques du Mali. Le M5-RFP invite toutes les forces du changement à sortir massivement pour accueillir le Premier ministre par intérim du Mali le mardi 27 septembre 2022 à 14h à l’aéroport », révèle le communiqué du M5-RFP.

Le Conseil national de la jeunesse du Mali (CNJ-Mali), présidé par le jeune Habib Dakouo, abonde aussi dans le même sens. « Le 24 septembre 2022, le Premier ministre par intérim du Mali, Abdoulaye Maïga, a livré le message des Autorités de la transition et du peuple malien à l’occasion du Débat général de la 77ème  Session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Le CNJ-Mali, reconnaissant dans cette déclaration historique, félicite le Premier ministre par intérim pour cet acte patriotique. Le CNJ Mali renouvelle son soutien sans faille aux Autorités de la transition dans la perpétuelle quête de la paix et la stabilité et leur intransigeance vis-à-vis de tous les partenaires quant au respect de la souveraineté du Mali », souligne le communiqué du CNJ-Mali.

Tout en se réjouissant du discours du Premier ministre par intérim, Abdoulaye Maïga, l’ADEMA-PASJ (l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice), attaché à l’esprit panafricaniste de la Loi fondamentale du Mali et soucieux des rapports de bon voisinage, invite les autorités maliennes  à privilégier, en toutes circonstances un dialogue constructif et apaisé avec la Communauté internationale, particulièrement avec tous les pays voisins du Mali.

Le Syndicat Autonome des Administrateurs Civils (SYNAC) et le Syndicat libre des Travailleurs du Ministère de l’Administration territoriale (SYLTMAT), dans un communiqué conjoint en date du 25 septembre 2022, font sien de l’intégralité du discours de Maïga et apportent tout leur soutien aux autorités de la Transition dans l’édification d’un Mali nouveau, souverain et apaisé.

Cependant, l’ancien Premier ministre du Mali, Moussa Mara du Parti Yelema « déplore le ton belliqueux employé vis-à-vis de certains partenaires, particulièrement ceux de notre espace sous-régional et qui risquent malheureusement de détériorer les relations de bon voisinage avec ces pays qui nous entourent ». Selon lui, le temps consacré à répondre à des commentaires aurait pu être mis à profit pour mettre en évidence les préoccupations concrètes, réelles et fortes des Maliens. Pour lui, il est dommage que le discours lu au nom du Mali n’ait pas davantage soutenu le vœu du Continent, exprimé par le Président de l’Union Africaine pour la réforme du conseil de sécurité eu égard à l’évolution du Monde. « Compte tenu des fragilités du Mali, illustrées par la présence à ses chevets depuis plus d’une décennie, de l’ensemble de la communauté internationale, la multiplication des frondes et l’adoption d’une posture agressive vis-à-vis de l’extérieur sont contre productives pour notre pays. J’invite en conséquence, nos autorités à privilégier, en toutes circonstances, un dialogue constructif et apaisé avec tous, à recoudre les fils cassés avec nos voisins en particulier et plus généralement nos partenaires et à se focaliser davantage sur les préoccupations quotidiennes de nos concitoyens ainsi que les missions assignées par la charte de la transition. C’est uniquement à ces prix que notre pays retrouvera, conformément à ses valeurs et à sa grandeur d’antan, le chemin de la paix et de la prospérité », a conclu Moussa MARA.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain