Au moins neuf personnes ont été tuées lors de manifestations à Khartoum, alors que les Soudanais continuent d’exiger le retour à un régime civil et réclament la destitution du régime militaire du général Abdel Fattah al-Burhan

Le vice-président du Conseil souverain du Soudan et chef des Forces d’action rapide, le lieutenant général Mohamed Hamdan Dagalo, a déclaré que son gouvernement était prêt à “entrer en guerre” en raison de l’instabilité interne du pays qui “menace son existence même”.

“Si nous devons faire la guerre pour obtenir la paix, nous le ferons”, a déclaré le numéro deux du régime militaire soudanais, lors d’une cérémonie destinée aux membres des forces d’action rapide. Le contexte de ces déclarations est essentiel pour savoir contre qui ces menaces de guerre pourraient être dirigées. D’autant plus que ces forces, accusées de crimes contre l’humanité dans la région du Darfour, sont issues de la milice Janjaweed, le groupe arabe soutenu par Kadhafi qui a déclaré une rébellion ouverte contre le gouvernement soudanais en 2003 et a pris fin en 2020.

Cependant, ces affrontements entre les Janjaweed et la tribu africaine des Baggara continuent de donner lieu à de violents affrontements au Darfour. Rien que le mois dernier, les autorités locales ont fait état de 135 morts, d’une trentaine de disparus et de plus de 7 000 familles déplacées lors des dernières escarmouches entre les deux tribus de la région.

Quoi qu’il en soit, Dagalo a fait ces déclarations menaçantes en parlant de la situation dans cette région, le Darfour, qui est le théâtre de la guerre depuis de nombreuses années. Mais outre les combats qui se déroulent dans la région, la capitale soudanaise connaît des mois d’intense instabilité depuis le coup d’État d’octobre dernier.

Les manifestations et les protestations à Khartoum se poursuivent et exigent le retour d’un gouvernement civil, le processus de transition entamé en 2019 et le retrait du régime militaire d’Abdel Fattah al-Burhan. Ainsi, les déclarations du numéro deux du gouvernement soudanais interviennent également après trois jours de graves incidents lors des manifestations contre le coup d’État, au cours desquels au moins neuf manifestants sont morts à cause de la répression policière, ce qui a déjà provoqué la condamnation d’une partie de la communauté internationale.

Le déploiement des forces de sécurité lors des manifestations à Khartoum, y compris des véhicules de l’armée et de la Force de soutien rapide, a déjà été condamné par la communauté internationale, notamment par l’ONU, qui a demandé une enquête indépendante sur les violences commises par les autorités soudanaises.

À la suite de ce qui s’est passé, a déclaré Dagalo dans son discours, le pays se trouve dans une situation sans précédent qui “menace clairement” son “existence et son unité”. Il a accusé divers acteurs de “tenter d’empoisonner l’atmosphère au Darfour”, attribuant à des “agendas internes et externes” la tâche de détruire l’unité du pays.

Dans le même temps, il a appelé les Soudanais à s’engager dans un dialogue national indépendant des intérêts des partis et a réitéré son soutien aux efforts de facilitation que les Nations unies, l’Union africaine et l’Autorité intergouvernementale pour le développement en Afrique de l’Est (IGAD) déploient depuis des mois.

MaliwebAfrique
Au moins neuf personnes ont été tuées lors de manifestations à Khartoum, alors que les Soudanais continuent d'exiger le retour à un régime civil et réclament la destitution du régime militaire du général Abdel Fattah al-Burhan Le vice-président du Conseil souverain du Soudan et chef des Forces d'action rapide, le...