L’ambassade de France au Tchad a démenti samedi dans un communiqué « toute rumeur d’installation de nouvelles bases militaires françaises au Tchad ».

Ce communiqué intervient 24 heures après que la coordination des actions citoyennes Wakit Tama, une plateforme de partis d’opposition et de membres de la société civile, a accusé dans une déclaration le gouvernement tchadien d’avoir autorisé l’installation de cinq nouvelles bases françaises dans le pays.

« Des informations faisant état de l’installation des militaires français dans cinq villes du Tchad, à savoir Soir, Ati, Adré, Am-Timan et Tissi, n’ont suscité aucune réaction ni du gouvernement ni du CMT (Conseil militaire de transition, Ndlr) », a déclaré vendredi à la presse Me Max Loalngar, porte-parole de Wakit Tama.

Dans son communiqué, l’ambassade de France a appelé à la vigilance contre toute tentative de « désinformation ».

La France dispose officiellement, à ce jour, de trois bases militaires au Tchad, respectivements à N’Djamena, la capitale tchadienne, à Abéché (est) et à Faya (nord).

La capitale tchadienne abrite également le poste de commandement de l’opération française Barkhane lancée en 2014, en partenariat avec les cinq pays de la zone sahélo-saharienne, à savoir le Burkina Faso, la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Tchad, membres du G5 Sahel.

Source : Xinhua
MaliwebAfrique
L’ambassade de France au Tchad a démenti samedi dans un communiqué « toute rumeur d’installation de nouvelles bases militaires françaises au Tchad ». Ce communiqué intervient 24 heures après que la coordination des actions citoyennes Wakit Tama, une plateforme de partis d’opposition et de membres de la société civile, a...