Au Cameroun, l’importation de ces produits a récemment été interdite, suite à une série de cas très médiatisés d’utilisateurs développant un cancer de la peau.

Au Cameroun, l’importation de ces produits a récemment été interdite, suite à une série de cas très médiatisés d’utilisateurs développant un cancer de la peau.© cleared

Pour de nombreuses femmes utilisant des produits éclaircissants pour la peau, la beauté est synonyme de douleur.

Au Cameroun, l’importation de ces produits a récemment été interdite, suite à une série de cas très médiatisés d’utilisateurs développant un cancer de la peau.

Selon la société camerounaise de dermatologie, près de 30% des femmes de la ville de Douala et environ 1 écolière sur 4 ont appliqué de tels produits en 2019.

“Sur 10 patients consultés, nous constatons qu’il y en a au moins 3 qui présentent des signes liés à la pratique de la dépigmentation volontaire. En effet, il s’agit d’une question très urgente, qui pourrait être considérée comme un problème de santé publique. En effet, le nombre de personnes qui pratiquent la dépigmentation volontaire est très important.” a déclaréDr Meledie Ndjong, dermatologue.

La plupart des produits en vente n’ont jamais été testés scientifiquement. Ils contiennent souvent des substances dangereuses destinées à inhiber la production de mélanine, ce qui augmente le risque de cancer de la peau. Une utilisation prolongée peut également entraîner du diabète, de l’obésité, de l’hypertension artérielle, voire une insuffisance rénale ou hépatique.