Depuis des années, l’Union africaine revendique “au moins deux sièges permanents”, avec droit de veto, au sein de cet organe des Nations unies.

 

Le chef d’Etat sénégalais et président en exercice de l’Union africaine, Macky Sall, a une nouvelle fois demandé devant l’Assemblée générale de l’ONU une réforme du Conseil de sécurité pour que l’Afrique soit mieux représentée. Dans son discours (reproduit in extenso par Le Soleil), Macky Sall relève le caractère obsolète du Conseil de sécurité et revendique la participation de l’Afrique dans les institutions onusiennes.

“Près de quatre-vingts ans après la naissance du système des Nations Unies et des Institutions de Bretton Woods, il est temps d’instaurer une gouvernance mondiale plus juste, plus inclusive et plus adaptée aux réalités de notre temps”

Macky Sall, président du Sénégal

Allocution à l’ONU

“Déconstruire les narratifs”

L’heure du changement est venue, selon le président sénégalais. “Il est temps de vaincre les réticences et déconstruire les narratifs qui persistent à confiner l’Afrique à la marge des cercles décisionnels. Il est temps de faire droit à la juste et légitime revendication africaine sur la réforme du Conseil de Sécurité, telle que reflétée dans le Consensus d’Ezulwini”, dit-il.

Le Consensus dEzulwini , élaboré en 2005, est la position commune africaine sur la réforme des Nations unies. Pour l’Union africaine, “la pleine représentation de l’Afrique au Conseil de Sécurité signifie au moins deux sièges permanents avec tous les privilèges et prérogatives des membres permanents y compris le droit de veto et cinq sièges non permanents”. L’Union africaine précise que “si l’Afrique s’oppose en principe au maintien du droit de veto, elle pense que c’est une question de justice pour tous et que tant qu’il existera, il doit être accordé à tous les membres permanents, anciens et nouveaux”. 

Héritage de la Seconde guerre mondiale

Le Conseil de sécurité est l’un des six organes principaux des Nations unies. Il constitue un conseil restreint de pays membres de l’organisation veillant au maintien de la paix et de la sécurité dans le monde. Il est constitué de cinq permanents (les vainqueurs de la Seconde guerre mondiale : Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) qui disposent d’un droit de veto et de dix non permanents élus pour deux ans par l’Assemblée générale, en tenant compte de la répartition géographique. L’Afrique dispose de trois sièges.

La réforme du Conseil de sécurité est régulièrement évoquée, afin d’améliorer sa représentativité et l’efficacité de son travail, mais elle n’est nullement à l’agenda de l’ONU. En effet, présentée comme source d’instabilité, elle est à chaque fois reportée sine die.

Source : Franceinfo
MaliwebAfrique
Depuis des années, l'Union africaine revendique 'au moins deux sièges permanents', avec droit de veto, au sein de cet organe des Nations unies.   Le chef d'Etat sénégalais et président en exercice de l'Union africaine, Macky Sall, a une nouvelle fois demandé devant l'Assemblée générale de l'ONU une réforme du Conseil de...