Les évènements se sont accélérés ce week-end dans l’Est de la République Démocratique du Congo. L’armée nationale a repris du terrain face aux combattants du M23, malgré les renfortsdont ce mouvement a pu bénéficier de l’étranger. En l’espace de trois jours, les villes de Kibumba, Kiwanja et Rutshuru sont passées sous contrôle des FARDC.

soldats m23 RDC

Dans la liesse populaire se lit l’espoir d’une fin victorieuse de la guerre. Mais les choses ne sont pas aussi simples, et les scenarios d’un retournement de situation devraient être gardés à l’esprit. Le péril pourrait essentiellement venir des « pays voisins », comme par le passé. L’ambassadeur du Rwanda à l’ONU a déjà annoncé que Kigali était prêt à lancer une opération dans l’Est du Congo. Le péril pourrait tout aussi venir des autorités congolaises elles-mêmes ou d’un acteur insoupçonnable : la « communauté internationale ».

En effet, ce conflit, qui dure depuis 1996, a connu tellement de rebondissements qu’aucune victoire, d’un côté comme de l’autre, n’est jamais à prendre pour un acquis définitif.

Le péril rwandais

Pour des raisons diverses, l’armée rwandaise se bat déjà dans l’Est du Congo sous couvert du M23, mais il s’agit d’un engagement non officiel. On piaffe d’impatience à Kigali pour intervenir officiellement. Il faudrait pour cela un motif internationalement acceptable. En août dernier, l’armée rwandaise était aux portes de Goma, déployée dans la ville voisine de Gisenyi. Il s’agissait de riposter aux tirs d’obus qui avaient frappé le territoire rwandais et que Kigali attribuait à l’armée congolaise.

L’astuce n’avait pas marché puisque de hauts responsables de l’ONU avaient démenti que les tirs aient pu être le fait des soldats congolais. Ils provenaient des positions du M23, c’est-à-dire des unités rwandaises officieusement déployées au Congo. En d’autres termes, des soldats rwandais qui tirent sur leurs propres populations pour se procurer un motif légitime d’intervention dans l’Est du Congo. C’estun machiavélisme dont la révélation a nettement ruiné la crédibilité internationale du régime actuel de Kigali. Mais il semble qu’il n’a pas encore élaboré un autre scenario puisque l’ambassadeur du Rwanda à l’ONU a, à nouveau, parlé de tirs sur le territoire rwandais pour essayer de justifier une possible intervention des RDF dans l’Est du Congo.

Difficile de convaincre l’opinion internationale avec un stratagème comme celui-là. Mais dans une guerre, tout peut arriver. Un massacre médiatisé, par exemple, pourrait tout changer et ouvrir la voie à une intervention militaire étrangère. Au nom de la protection d’une « minorité en danger »… C’est le genre de« coup monté » dont une nation en guerre n’est jamais à l’abri. Encore moins face à un régime capable de tirer des obus sur sa propre population sans s’embarrasser de la présence d’une mission de l’ONU dans la région.

Le péril congolais

La hiérarchie de l’armée congolaise a encore beaucoup à démontrer pour mériter la confiance de la population. Plusieurs opérations militaires ont été compromises par la hiérarchie elle-même qui donnait des ordres contradictoires et démobilisait les troupes. A titre d’exemple, on peut rappeler, qu’en juillet 2012 les FARDC avaient réussi à repousser le M23 jusqu’à Bunagana. Des ordres contradictoires arrivèrent de Kinshasa entraînant l’arrêt des opérations. Le M23 en profita pour accumuler des renforts. Le 06 juillet 2012, les Congolais furent surpris par une offensive qui aboutit à la prise de Goma, quatre mois plus tard.

Cette hiérarchie-là, voire le régime tout entier de Joseph Kabila, n’offre aucune garantie sur le fait que les territoires repris aujourd’hui, par les soldats, au prix de leurs vies, ne seront pas perdus demain à l’instigation des individus haut-placés. Il est même arrivé que les soldats reçoivent l’ordre de se retirer d’une ville et d’abandonner leur propre population entre les mains improbables du M23. C’est ce qui s’est passé en mars dernier, justement, à Rutshuru et Kiwanja.

Les Congolais ont ainsi un vrai problème avec leurs autorités actuelles, et pas seulement.

Le péril de la « communauté internationale »

La communauté internationale au Congo, symbolisée par la Monusco, joue un jeu assez trouble. Ainsi en août dernier, alors que l’armée congolaise était au point d’en finir avec le M23, des voix s’étaient élevées pour obtenir un arrêt des combats et pour pousser les Congolais aux pourparlers de Kampala. Deux mois plus tard, ces pourparlers se révèlent avoir été orchestrés uniquement pour procurer du répit au M23 et lui permettre de se ressourcer militairement etfinancièrement. En tout cas, dès le départ, les revendications du groupe armé n’avaient aucune chance d’aboutir.

Le Congo ne peut pas prendre un nouveau risque politique et sécuritaire d’intégrer dans son armée des individus issus de mouvements armés, nombreux étant des combattants étrangers à la loyauté incertaine. Par ailleurs, les membres du M23 étant impliqués dans des crimes imprescriptible, une éventuelle amnistie qui leur serait accordée serait un acte politique difficile à gérer par les autorités de Kinshasa. Dès lors, on ne comprend toujours pas ce que de nombreuses personnalités de la communauté internationale entendent par « solution négociée ».

Le patron de la Monusco, Martin Kobler, a encore répété à Kiwanja que la « seule solution » était politique, faisant échos au propos des responsables du M23 qui réclament le retour aux pourparlers de Kampala. Sous peine, ont-ils menacé, de mener une offensive généralisée contre le Congo. Une offensive qui serait, bien entendu, le fait des armées du Rwanda et de l’Ouganda. Derrière les deux pays, les Congolais le savent maintenant, opèrent des réseaux impliquant indirectement les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Ce qui amène à un autre péril : le temps et l’agenda international.

Surveiller l’agenda international

Les Congolais ont tout à craindre de l’agenda international. Les attaques contre le pays interviennent systématiquement pendant que l’opinion internationale est absorbée par une actualité « importante ». Les récents bombardements de la ville de Goma se sont produits fin août dans la fièvre internationale autour d’imminents bombardements de la Syrie par les Etats-Unis. Ce qui, au passage, a fini par trahir une évidente coordination opérationnelle entre les Etats-Unis et le M23 par Rwanda et Ouganda interposés.

Il faut également rappeler que la ville de Goma était tombée entre les mains du M23 pendant la réélection de Barack Obama et que l’offensive qui avait mené aux fameux accords du 23 mars 2009 avait été lancée durant la campagne présidentielle américaine de 2008.

Les Congolais devraient ainsi surveiller l’actualité américaine tout en gardant un œil sur leurs inquiétants« voisins de l’Est ».

Pour le moment, la plus grande menace à redouter se situe fin 2016, dans la foulée de la succession à la Maison Blanche. Il n’est pas, pour autant, exclu qu’un grand évènement médiatique ne se produise d’ici-là. Une « opportunité » dont Kampala et Kigali ne manqueraient pas de profiter pour mener une nouvelle opération au Congo et forcer les Congolais à se soumettre aux négociations avec le M23.

En définitive, s’il faut aujourd’hui reconnaître aux soldats congolais, longtemps humiliés et dénigrés, un incontestable sursaut de dignité, il ne faut pas perdre de vue les risques, bien réels, d’un dramatique retournement de situation.

Boniface MUSAVULI

AGORA VOX

Mali-web.orgAfrique
Les évènements se sont accélérés ce week-end dans l’Est de la République Démocratique du Congo. L’armée nationale a repris du terrain face aux combattants du M23, malgré les renfortsdont ce mouvement a pu bénéficier de l’étranger. En l’espace de trois jours, les villes de Kibumba, Kiwanja et Rutshuru sont passées sous contrôle...