Le Mouvement du 23-Mars s’est emparé en juin de Bunagana, un important carrefour commercial de la province du Nord-Kivu, dans l’est du pays.

Lundi 26 septembre, les activités ont été paralysées à Goma, grande ville de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), où les habitants sont restés chez eux à l’appel d’organisations de la société civile afin de dénoncer l’occupation d’une localité de la région par les rebelles du Mouvement du 23-Mars (M23), ont constaté des correspondants de l’AFP.

« Depuis 105 jours, Bunagana est occupée par le M23 » et « les FARDC [l’armée congolaise] ne mènent aucune offensive contre les assaillants pour reprendre Bunagana. Ils ont peut-être sacrifié Bunagana mais pas nous », écrit sur Twitter le mouvement Lutte pour le changement (Lucha), un des organisateurs du mouvement.

Les rebelles du M23 se sont emparés le 13 juin de Bunagana, un important carrefour commercial de la province du Nord-Kivu, à la frontière ougandaise. Le M23 est une ancienne rébellion à dominante tutsi vaincue en 2013, qui a repris les armes fin 2021 en reprochant à Kinshasa de ne pas avoir respecté des accords sur la démobilisation et la réinsertion de ses combattants. Kinshasa accuse Kigali de soutenir cette rébellion, ce que le Rwanda conteste.

La Lucha a appelé à la tenue de deux journées « ville morte », lundi et mardi à Goma, chef-lieu de la province, pour dénoncer « le silence de la république ». Lundi, les écoles, boutiques, banques et marchés sont restés fermés, à l’exception des pharmacies. Dans certains quartiers, quelques jeunes en colère ont barricadé les rues le matin et jeté des pierres sur la chaussée, avant d’être dispersés par la police, qui a ensuite ouvert la voie, ont constaté deux correspondants de l’AFP.

Levée du couvre-feu

« Nous manifestons pour dénoncer le silence des autorités, qui n’agissent pas alors que Bunagana est occupée par le M23 et que nos frères continuent de souffrir », déclare Lwanzo Kakule, une jeune habitante de Goma. « L’insécurité grandit de jour en jour, les gens sont tués, le M23 est toujours à Bunagana et l’armée ne lance pas d’opérations pour déloger ces rebelles », déplore un autre résident, Damien Paluku.

Des habitants réclament aussi la levée l’état de siège, une mesure exceptionnelle instaurée en mai 2021 par le président Félix Tshisekedi dans le but de mettre fin à l’insécurité causée par la présence de dizaines de groupes armés dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Malgré les tensions liées à la résurgence du M23, le gouverneur militaire du Nord-Kivu, le général Constant Ndima, a annoncé lundi la levée à Goma du couvre-feu qui était en vigueur durant la nuit depuis environ deux ans, d’abord pour des motifs sanitaires liés à la crise du Covid-19, puis pour des raisons de sécurité dans le cadre de l’état de siège. Ce couvre-feu est toutefois maintenu dans le reste de la province « jusqu’à nouvel ordre, en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ».

Source: Le Monde avec AFP