Le transfert rapide du pouvoir au général Mahamat Idriss Déby après la mort de son père semble être menacé par des divisions familiales qui pourraient avoir de graves conséquences.

Mahamat Déby a été nommé de manière controversée à la tête du Conseil militaire de transition (CMT) après l’annonce de la mort de son père le 20 avril.

Il est désormais à la tête d’une équipe de 15 membres qui va superviser la période de transition du pays pendant les 18 prochains mois.

Mais les médias font état de tensions impliquant d’autres membres de la famille de son défunt père, ce qui renforce l’impression que le pays va connaître des temps difficiles.

Rivalités familiales

Le défunt président Idriss Déby Itno a consolidé le pouvoir de manière stratégique au cours de ses 30 années de présidence en confiant des rôles importants au sein du gouvernement à des membres de sa famille et en s’entourant d’alliés issus de son groupe ethnique Zaghawa.

Le 21 avril, les médias tchadiens ont fait état d’échauffourées entre Mahamat Déby et son demi-frère, Zakaria Idriss Déby, au palais présidentiel. Selon les rapports, la querelle concernait la succession du défunt président.

Un haut membre du CMT a rejeté les spéculations selon lesquelles des coups de feu avaient été tirés, dénonçant une tentative de « déstabilisation du système. »

Avant que Mahamat ne soit Installé, Zakaria Idriss Déby faisait partie des candidats à la succession.

Zakaria Déby a étudié en Tunisie et, en 2017, il a été nommé ambassadeur du Tchad aux Émirats arabes unis. Il a également été président des jeunes du Mouvement patriotique du salut, le parti au pouvoir.

Tchadinfos a récemment tweete qu’il n’y a eu « aucune fusillade au Palais Rose et aucune querelle » citant un membre de la famille, vraisemblablement désireux de présenter un front uni face à l’incertitude. Mais la rivalité au sein de la famille présidentielle est visible depuis un certain temps.

Le défunt président avait plusieurs épouses, dont la plus connue est Hinda Déby Itno. Fille d’un diplomate tchadien de haut rang, Hinda Déby, 41 ans, a été la secrétaire particulière de l’ancien président avant de se retirer pour se consacrer à sa fondation, Grand Cœur. Elle a également joué un rôle clé dans le secteur pétrolier tchadien.

Plusieurs de ses frères et sœurs étant employés à la présidence, elle a pu influencer les nominations et les licenciements au sein du gouvernement.

Le frère d’Hinda, Khoudar Mahamat Acyl, était l’aide de camp du défunt président. Il était présent lorsque le président Déby a été tué. Trois autres de ses frères ont été ministres de la santé, de la justice et de l’éducation.

En janvier 2020, lorsque le défunt président a été emporté par la maladie, il a laissé la première dame en charge du bureau de la présidence pour éviter toute confrontation entre Mahamat et Zakaria, rapporte le site Zoom Tchad.

« Le projet d’Idriss Déby de confier à sa femme le maintien de son pouvoir est un signe important car il n’a pas choisi l’un de ses fils. Cela ouvrirait également la porte aux hostilités et à une guerre de succession », indiquait alors le site.

Publicité 2

Tension dans l’armée

La querelle de succession risque d’impliquer d’autres membres de la famille aux intérêts divers, notamment au sein de la puissante armée, où l’on observe également des signes de division.

Le général vétéran Abderamane Dicko a dénoncé le nouveau conseil de transition. L’ancien chef rebelle sert toujours dans l’armée tchadienne et représenterait les soldats qui s’opposent au choix de Mahamat Déby.

Le général Dicko a qualifié le conseil militaire de « regroupement de quelques amis » et a appelé à « la formation rapide d’une consultation large et inclusive avant que le pays ne sombre dans le chaos », rapporte le site Tchadanthropus.

Si la famille de Déby et les plus hauts responsables militaires contestent ouvertement le leadership de Mahamat Déby, les tensions pourraient compromettre les efforts du gouvernement intérimaire pour stabiliser le Tchad.

Source : bbc

MaliwebAfrique
Le transfert rapide du pouvoir au général Mahamat Idriss Déby après la mort de son père semble être menacé par des divisions familiales qui pourraient avoir de graves conséquences. Mahamat Déby a été nommé de manière controversée à la tête du Conseil militaire de transition (CMT) après l’annonce de la...