Une mission de la CEDEAO, aux termes de deux jours de travaux à Ouagadougou, a reconnu, le jeudi 19 mai 2022, une situation sécuritaire et humanitaire « préoccupante » au Burkina Faso et a indiqué qu’il faille « prendre la mesure de cette situation ».

En mission d’évaluation au Burkina Faso, une délégation de la CEDEAO s’est rendue au Centre-Nord du Burkina, notamment dans des localités comme Kaya et Barsalogho pour constater la réalité sur le terrain.

Cette délégation était conduite par le ministre ghanéen de la Sécurité nationale, Albert Kan-Dapaah, représentant la présidente du Conseil des ministres de la CEDEAO.

Selon la ministre burkinabè en charge des Affaires étrangères, Olivia Rouamba, les experts de l’organisation sous régionale ont été héliportés dans ces localités, du fait de la situation sécuritaire difficile qui y règne.

Mme Rouamba a par ailleurs indiqué que la mission de la CEDEAO a noté une convergence de vue dans l’évaluation de la situation sécuritaire et humanitaire, qui demeure difficile.

La ministre s’est réjouie que cette mission d’évaluation constitue une étape importante dans la poursuite des consultations entre le Burkina Faso et la CEDEAO, et aussi pour l’accompagnement de la Transition.

Les conclusions des experts de la CEDEAO, seront, elles, transmises à la conférence des chefs d’État, qui vont prendre une décision.

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

wakatsera

MaliwebAfrique
Une mission de la CEDEAO, aux termes de deux jours de travaux à Ouagadougou, a reconnu, le jeudi 19 mai 2022, une situation sécuritaire et humanitaire « préoccupante » au Burkina Faso et a indiqué qu’il faille « prendre la mesure de cette situation ». En mission d’évaluation au Burkina Faso, une délégation de...