Après la présentation et les débats de la Déclaration de Politique Générale, le premier ministre Dr Choguel Kokalla Maiga doit pouvoir travailler sur les bases de la refondation du Mali. Ce plan d’action est composé de 4 axes, 9 objectifs et de 3 piliers avec un coût de plus de 2000 milliards de FCFA.

 

Le Plan d’Action du Gouvernement, est bâti autour de quatre axes : Le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; Les réformes politiques et institutionnelles ; L’organisation des élections générales ; La promotion de la bonne gouvernance et l’adoption d’un pacte de stabilité. Le Plan d’Action a neuf objectifs assortis d’un chronogramme pour sa mise en œuvre avec un coût estimé à 2 050 063 000 000 FCFA. Choguel compte respecter les délais pour les activités prévues.

L’un des enjeux majeurs de la refondation, c’est la corruption endémique dans notre pays. Dans les échanges du lundi, un membre du CNT a dit au premier ministre de bien contrôler les frontières maliennes s’il veut lutter contre la corruption, car il risque de n’avoir personne pour travailler dans les services. Il faut comprendre par-là que la corruption a miné notre pays.

Lorsque nous parlons de refondation, beaucoup d’anciennes pratiques malsaines au sein de l’administration doivent prendre fin. L’administration étatique malienne est une épine qui empêche le développement du Mali. Il y a trop d’agents corrompus. C’est la raison pour laquelle les fonctionnaires doivent être mis dans les bonnes conditions pour ensuite les demander des résultats.

« L’organisation des élections générales transparentes, crédibles et inclusives devant conduire notre pays vers le retour à l’ordre constitutionnel normal. Ces élections seront le baromètre de la réussite de la Transition. Leur qualité et leur crédibilité conditionneront l’avenir de notre démocratie, la légitimité et la solidité des institutions. Parce que les élections sont un processus et non une fin en soi, nous devons œuvrer à leur réhabilitation et à leur crédibilité. C’est le sens du choix fait par le Gouvernement d’instituer dans notre pays un organe unique de gestion des élections. Une demande persistante, exprimée depuis des décennies par la classe politique et la Société Civile dans leur ensemble. L’organe unique posera les jalons politiques, juridiques et institutionnels d’une restauration de la confiance des acteurs politiques et des citoyens lors des compétitions électorales », a dit Dr. Choguel K Maïga. Dans toute cette affaire, la justice malienne doit être restaurée pour qu’elle soit une justice digne et responsable. Il faut profiter de cette transition pour faire les réformes les plus importantes, car les politiciens sont en train de s’agiter en voulant que la transition finisse vite pour qu’ils reprennent leurs complicités au détriment du peuple. Depuis des années, les maliens se sont fait avoir par les politiciens. Il est temps d’un éveil de conscience pour que le pays soit confié à des personnes de bien. Choguel doit beaucoup veiller sur son égo et se mettre en tête que le Mali a souffert. Rappelons qu’il a aussi contribué à la mauvaise gestion des pouvoirs précédents.

Il est aussi chef de parti, c’est là qu’il doit faire attention à ne pas vouloir des avantages pour son parti. Il est premier ministre pour le Mali et non pour son parti. Il sortira gagnant s’il pose les bonnes bases de la refondation du pays loin de toute distraction.

Yacouba Dao

Maliwebcontribution
Après la présentation et les débats de la Déclaration de Politique Générale, le premier ministre Dr Choguel Kokalla Maiga doit pouvoir travailler sur les bases de la refondation du Mali. Ce plan d’action est composé de 4 axes, 9 objectifs et de 3 piliers avec un coût de plus...