Le Mali a brillamment participé à la neuvième Conférence des Etats Parties à
la Convention des Nations Unies contre la Corruption à Sharm El-Cheick en
Egypte. Le président de l’Office central de Lutte contre l’Enrichissement
illicite (OCLEI) a invité les Etats parties et les organisations internationales, à
la Conférence de haut niveau sur la corruption et l’enrichissement illicite,
prévue en juin 2022 dans notre pays.

 


Du 13 au 17 décembre 2021, Sharm El-Cheick, la station balnéaire Egyptienne
accueille environ 150 pays à travers le monde pour ce forum mondial contre la
corruption.
Le Mali est représenté à Sharm El-Cheick par une forte délégation, conduite par
le président de l’OCLEI, le Docteur Moumouni GUINDO.

Le mardi 14 décembre 2021, le président de l’OCLEI a fait une communication
au nom du Mali.
Dans sa déclaration, le président GUINDO a rappelé la place importante du Mali
dans le dispositif onusien de lutte contre la corruption. Occasion pour lui de
rappeler que le Mali a été à la négociation et à la signature de la Convention des
Nations Unies contre la corruption le 9 décembre 2003. Il ajoute que notre pays
a ratifié la convention par la Loi n°2005-043 du 22 juillet 2005 et que son
instrument de ratification a été déposé auprès du Secrétaire général des Nations
Unies le 18 avril 2008.
Aux plus de 150 pays, le président de l’OCLEI a expliqué le rôle de l’Office
central de Lutte contre l’enrichissement illicite dans le dispositif national de
lutte contre la corruption.
Moumouni GUINDO : « L’Office central de Lutte contre l’enrichissement
illicite est un organisme public dédié à la prévention et à la lutte contre la
corruption. A cet égard, il effectue des activités d’information et de
sensibilisation des populations ; il mène des enquêtes sur des cas présumés
d’enrichissement illicite et transmet les rapports d’enquête à la Justice. L’Office
central de Lutte contre l’enrichissement illicite agit en toute indépendance
conformément aux Principes de Jakarta et aux bonnes pratiques issues du
Mécanisme d’examen de l’application de la Convention des Nations Unies
contre la corruption ».
Tout cela ne saurait être possible sans un engagement fort des autorités
maliennes actuelles, qui ont fait de la lutte contre la corruption et
l’enrichissement illicite une préoccupation majeure, par ricochet un des axes
forts du Plan d’action du Gouvernement.
Le président de l’OCLEI a solennellement invité à Bamako, les Etats parties et
les organisations internationales, à la conférence de haut niveau sur la corruption
et l’enrichissement illicite, prévue en juin 2022.
Dans son discours d’ouverture de la rencontre de Sharm El-Cheick, Mme Ghada
Waly, Directrice exécutive de l’ONUDC a laissé entendre que le monde perd des
milliards de dollars chaque année à cause de la corruption, à un moment où
chaque dollar est nécessaire pour augmenter les investissements publics.
Elle a ajouté : « Tout comme elle brise la résilience et expose les gens à des
difficultés, la corruption permet également aux criminels, aux trafiquants et aux
terroristes d’agir ».

Pour vaincre ce cancer qui gangrène notre société, Mme Waly indique la
nécessité de sensibiliser et de rassembler toutes les parties prenantes (dirigeants
politiques, institutions, secteur privé, société civile, médias, jeunes et femmes)
dans la lutte contre la corruption. Cela doit converger vers un changement
fondamental des mentalités, qui rejette la corruption à tous les niveaux.

Service Communication OCLEI

Source: Deltanews