Le ministre malien des affaires étrangères a appelé la Côte d’Ivoire à cesser d’etre une base à arrière pour déstabiliser le Mali.

Après la sortie musclée du Premier ministre par intérim du Mali à la tribune des Nations Unies, c’est autour du chef de la diplomatie malienne de mettre en garde à la Côte d’Ivoire. Dans une interview accordée à VOA, le ministre Abdoulaye Diop est revenue sur les tensions actuelles entre Abidjan et Bamako tout en invitant le régime de Ouattara à ne plus servir de base à arrière pour déstabiliser son pays.

Sur l’épineuse affaire des 46 soldats, le membre du gouvernement a assuré que son pays s’est dit « ouvert à un règlement par la voie diplomatique guidée par le dialogue ». Ce qui a conduit à la libération de trois soldates du continent ivoirien, explique-t-il. «Pour nous, il ne s’agit pas d’un dossier indifférent. Le Mali est engagé avec la CEDEAO dans le cadre du processus de transition, mais cette question telle qu’elle a été emmenée à la CEDEAO, nous semble être biaisée et les décisions qui sont sorties de ce sommet extraordinaire qui s’est transporté à New York seront appréciées par le Gouvernement du Mali qui s’exprimera officiellement sur cette question», a déclaré Abdoulaye Diop ministre des Affaires étrangères.

CAN 2021: en stage en Arabie Saoudite, des joueurs de l’Équipe ivoirienne en ont profité pour faire un pèlerinage à la Mecque

En ce qui concerne le sommet de la Cédéao a New York, «nous pensons que c’était pratiquement un tribunal contre le Mali, parce que le Mali n’a pas été entendu pendant cette discussion, on ne sait pas sur quelles bases ces décisions ont été prises. Et toutes les décisions qui ont été prises sont juste en faveur de la Côte d’ivoire». Pour le ministre, il faut que la Côte d’Ivoire «cesse d’être une base arrière pour déstabiliser son pays», le Mali déjà en proie à la crise sécuritaire.

 

actucameroun