Le gouvernement allemand a annoncé le vendredi 12 août 2022 sa suspension de participation à la mission militaire de l’ONU, la Minusma, dans notre pays jusqu’à nouvel ordre. L’annonce a été faite par la ministre de la Défense, Christine Lambrecht, sur Twitter. Raison : l’Allemagne se plaint que les autorités de la Transition ont interdit à un avion militaire allemand d’accéder à l’espace aérien malien. Mais la Bundeswehr ne rentre ni au bercail ni ne sera réarticulé au Niger. Les soldats allemands resteront sur notre territoire à se protéger comme dans un posture de mutinerie sans rien faire. Comme si l’Accord des statuts des forces le lui permettait… les dessous d’un scandale.

 

Selon les informations de notre confrère allemand  Spiegel, la Bundeswehr cesse toutes les opérations de reconnaissance pour la Minusma et ne se préoccupera désormais que de sa propre sécurité.

Le ministère fédéral de la Défense avait motivé cette suspension par le refus des autorités de transition d’accorder à la Minusma les droits de survol, en d’autres termes de lever la suspension des rotations des contingents militaires et policiers de la Minusma décidée le 12 juillet 2022.

Toutefois, avance Spiegel, les troupes ne sont pas censées se retirer du Mali même s’il y a dans les tiroirs des plans d’urgence de relocaliser tout le personnel au Niger voisin. Pour la Bundeswehr «la présence de l’armée allemande au Mali se limitera désormais à des missions de sécurisation de ses propres soldats».

En effet, l’Allemagne est toujours disposée à participer à la mission internationale de paix, a assuré le porte-parole du gouvernement Steffen Hebestreit. Cependant, cela n’a de sens que s’il est soutenu par le gouvernement de la Transition.

Au début de la semaine dernière, le chef du département politique du ministère fédéral allemand des Affaires étrangères pour l’Afrique, l’Amérique latine, le Proche et le Moyen-Orient, Christian Buck, était venu dans ce cadre pour échanger avec les autorités de la Transition. Il avait eu la promesse ferme de nos autorités que les rotations des contingents militaires et policiers dans le cadre de la Minusma allaient reprendre très bientôt, voire incessamment.

Le jeudi 11 août 2022, la ministre de la Défense allemande, Christine Lambrecht, a téléphoné à son homologue Sadio Camara et avait évoqué avec lui la rotation du personnel et l’approvisionnement de la Bundeswehr (l’armée allemande) comme préalables à la poursuite de l’intervention. Le ministre de la Défense, Sadio Camara, n’a pas vacillé et cédé au chantage allemand.

La pure tradition du respect et de la courtoisie malienne, le ministre Sadio Camara a réitéré fermement la position du gouvernement malien, a rassuré son homologue allemand Christine Lambrecht que la décision de suspendre les rotations allait être levée et que celles-ci allaient très bientôt être reprises dans le cadre de la Minusma, le Mali et la mission onusienne ayant trouvé un modus operandi.

À la surprise générale du Mali et de la Minusma, la ministre de la défense Allemande, Christine Lambrecht, annonce le vendredi que les autorités maliennes ont de nouveau refusé à l’Allemagne un droit de survol et de reconnaissance, donc son pays suspendait sa participation à la force de la Minusma jusqu’à nouvel ordre.

Pour recadrer la version des responsables de l’Allemagne, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye DIOP, a reçu en audience ce vendredi 12 août 2022, l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Mali, Dietrich POHL. Suite aux informations faisant état d’un refus des autorités maliennes d’accorder l’autorisation de survol au contingent allemand, le ministre DIOP a expliqué à son hôte la mise en place d’un nouveau mécanisme d’approbation des rotations de contingents, à la faveur de la réunion de coordination tenue, le 1er août 2022, avec la Mission onusienne. Ce nouveau dispositif répond à des impératifs de sécurité nationale. À cet égard, il a invité l’Allemagne à renouveler sa demande de rotation dans le cadre de ce mécanisme à travers la MINUSMA, avant d’assurer l’Ambassadeur du traitement diligent qui sera réservé à la requête.

Refusant d’intégrer le modus operandi trouvé avec la Minusma, l’Allemagne veut un droit de survol propre. Notre pays a opposé une fin de non-recevoir à cette prétention particulière de l’Allemagne que rien ne justifiait. Et puis entre partenaires qui se respectent ; on ne négocie pas le couteau entre les dents.

Le Mali n’a pas refusé de permettre la rotation des contingents militaires et civils, dans le cadre de la Minusma et conformément au protocole arrêté le 1er août, le Mali a simplement refusé de céder au chantage allemand. Ce qui n’a pas été du goût des autorités de Berlin. Pour eux, il s’agit d’empêcher la Minusma d’accéder librement à notre espace aérien.

En revanche pour les autorités de la Transition, il s’agit d’être souverain et imposer le respect de l’espace aérien du territoire national pour décider de ce qui s’y passe et de qui doit traverser ou pas, et comment et quand. Pour l’Allemagne, cela a des effets sur son engagement, étant donné que la sécurité de ses soldats est leur plus haute priorité. Pour le Mali, c’est la sécurité nationale qui est la plus haute priorité.

Selon le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, le refus du droit de survol à la Minusma, que nenni ! Le Mali a plutôt invité l’Allemagne à se conformer au nouveau mécanisme d’approbation des rotations de contingents agréés avec la Minusma pour des impératifs de sécurité nationale. Que dit ce nouveau mécanisme ? Que désormais toutes les demandes de rotation de contingents militaires et policiers doivent désormais passer par la Minusma, qui les ratifie et les transmet aux Affaires étrangères par note verbale. Ce que l’Allemagne refuse, et elle n’a même pas eu la courtoisie d’en informer la Minusma qui a appris par voie de presse. C’est pourquoi le Chef de la Minusma El-Ghassim WANE a interrompu « d’urgence » sa mini- tournée au Nord, notamment à Kidal.

Minusma, les prétextes de l’Allemagne

Selon le site de la Bundeswher, les pourparlers de coordination entre le gouvernement de transition et la mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA), le 1er août 2022, auraient conduit, selon les déclarations des deux parties, à une levée formelle de l’arrêt de rotation des contingents militaires et policiers déployés dans le cadre décidé par le gouvernement le 14 juillet 2022.

C’est sur cette base, explique la Bundeswehr, que le Commandement des opérations allemandes a prévu un vol de rotation avec la compagnie Kühne & Nagel pour le 12 août 2022. Vol qui devait transporter environ 140 militaires vers le Mali et une centaine de militaires du Mali vers l’Allemagne.

L’armée Allemande explique ensuite que le 9 août 2022, des représentants de la mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) ont présenté aux pays contributeurs de troupes le règlement temporaire d’application des changements de personnel. Le contingent de la mission allemande de la Minusma et l’état-major de l’attaché militaire allemand ont ensuite fourni à la mission onusienne toutes les données et informations nécessaires à l’administration du vol le 12 août 2022.

Mais voilà à la grande irritation de l’Allemagne ce vol n’a pas obtenu les droits de survol et d’atterrissage, le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale ayant précédemment déclaré que l’arrêt de la rotation n’avait pas été levé. Les rotations des contingents commencent lundi 15 août 2022, et les demandes sont agréées par la Minusma.

En raison de l’annulation du vol Kühne & Nagel le 12 août 2022, les renforts pour sécuriser l’aéroport de Gao n’ont pas pu être déployés. Par conséquent, jusqu’à nouvel ordre, les opérations des forces de reconnaissance et les vols de transport avec l’hélicoptère CH-53 seront suspendus afin de disposer de forces suffisantes pour la sécurité de l’aéroport de Gao.

En tant que grand contributeur de troupe de la MINUSMA, l’Allemagne devrait être au courant de l’éminence du nouveau mécanisme d’approbation des rotations des contingents. Pourquoi, diable, Lambrecht a voulu forcer la fenêtre alors que la porte était déjà ouverte par le Mali ?

In fine la question qui se pose est celle de savoir si la MINUSMA a-t-elle partagée ce nouveau mécanisme des rotations avec les contingents sans sa date d’effectivité du lundi 15 Août 2022 ? Si oui, à quelle fin ? Si non, pourquoi Berlin s’acharne-t-elle à accuser gratuitement notre pays ? Dans les 2 cas, pourquoi on cherche des poux dans la tête du Mali ?

La Bundeswehr devrait-elle bénéficier d’un privilège particulier parce qu’elle déploie 1.100 hommes qui ne combattent pas juste pour bronzer au soleil de Tombouctou et faire du safari dans le ciel malien ?

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

MaliwebCoopérationCrise malienne
Le gouvernement allemand a annoncé le vendredi 12 août 2022 sa suspension de participation à la mission militaire de l’ONU, la Minusma, dans notre pays jusqu’à nouvel ordre. L’annonce a été faite par la ministre de la Défense, Christine Lambrecht, sur Twitter. Raison : l’Allemagne se plaint que les...