La Direction de l’Information et des Relations publiques des Armées (DIRPA) a organisé, ce jeudi 11 août 2022, une conférence de presse pour faire le point sur les opérations militaires sur les théâtres des opérations.  Lors de cette rencontre avec les hommes de médias, le patron de la DIRPA, le Colonel Souleymane DEMBELE, a affirmé que les équipements seulement ne suffisent pas pour endiguer le terrorisme.

 

Cette conférence avait un double objectif, d’une part édifier la presse sur la situation sécuritaire actuelle du pays, et d’autre part, donner la bonne information sur les évènements de ces derniers jours, notamment l’attaque terroriste meurtrière survenue le dimanche 7 août 2022 contre les FAMa à Tessit.

D’entrée de jeu, le patron de la DIRPA a fait savoir que la situation a été très tendue sur le plan sécuritaire au cours du mois dernier, notamment avec l’attaque contre le GATIA1 de l’opération Kélétigui à Sokolo, le camp militaire de Kati ainsi que l’attaque contre la BT et le poste FAT de Kolokani.

Toutefois, a-t-il fait savoir, les FAMa maintiennent leur dynamique offensive de recherche et de destruction des terroristes et leurs sanctuaires dans le cadre du Plan Maliko et de l’opération Kélétigui.

Ainsi, elles continuent de consolider les acquis face à des terroristes de plus en plus fébrules et qui procèdent par des poses d’engins explosifs improvisés (EEI), des tirs indirects et des attaques kamikazes contre les emprises des FAMa.

Dans la zone sud, le fait marquant a été l’attaque contre les installations de la DMHTA située dans le camp militaire de Kati, sans grand succès. Sans oublier l’attaque contre la BT et le poste FAT de Kolokani.

Cette conférence de presse s’est tenue alors que l’Armée de l’air vient d’être dotée par les autorités d’une des plus grandes acquisitions qui leur permettra de se déployer large au ciel pour assurer pleinement la surveillance des 1 241 238 km2. Ainsi, le 9 août 2022, le Président de la transition, le Colonel Assimi GOITA, a remis officiellement les clés des aéronefs militaires au Chef d’État-major de l’armée de l’air, le Gal de brigade Alou Boi DIARRA.

Ces avions sont composés d’un CASA 295, des hélicos de combat et de transport, des appareils de chasse bombardiers SU-25, des L-39 Albatros et des radars.

Selon le Colonel DEMBELE, ces aéronefs viennent en complément à d’autres qui sont en train d’effectuer des missions dans les opérations à l’intérieur du pays.

Hier jeudi, la DIRPA a fait savoir que le vecteur aérien avait effectué 129 vols lors du mois dernier dont : 43 vols d’appui feu aux troupes au sol, 47 vols de transport, 39 vols de reconnaissance.

Selon le patron de la DIRPA, l’appui du vecteur aérien a permis à l’armée de repousser vigoureusement toutes les attaques terroristes de ces derniers temps avec parfois des pertes en vie humaine.

Mais, comme il fallait s’y attendre, la question de l’attaque meurtrière qui a fait 47 morts parmi les FAMa à Tessit s’est invitée dans les débats. Le Colonel DEMBÉLÉ a tout au long de son exposé relaté minutieusement le déroulement des évènements qui s’y sont déroulés.

Il n’a pas manqué de saluer le professionnalisme de nos Forces de Défense et de Sécurité.

De sa version des faits, il ressort que le nombre élevé de morts dans les rangs des FAMa s’explique par plusieurs facteurs.

Tout d’abord, il a souligné que cette attaque a été déclenchée à une heure inhabituelle, vers 15 heures ; au moment où les populations se déplacent massivement dans la ville.

Aussi, elle est partie de l’intérieure de la ville vers le camp militaire rendant la réaction des FAMa problématique au risque de tuer les civiles.

« On a voulu nous faire rééditer l’exploit de Mourrah, mais cette fois-ci dans le mauvais sens à Tessit. Car sans le professionnalisme des FAMa, on allait assister à un vrai massacre de civiles », a-t-il expliqué.

Aux dires du Patron de la DIRPA, le troisième facteur qui a joué négativement contre les FAMa dans cette attaque est le fait que les communications ont été brouillées entre le camp et la hiérarchie au moment où les djihadistes ont lancé l’offensive.

Ce qui fait croire aux autorités militaires que ces terroristes ont bénéficié d’une expertise extérieure.

Malgré la montée en puissance des FAMa, l’opinion nationale reste perplexe face à la recrudescence des attaques terroristes contre les emprises des FAMa ces derniers temps dans notre pays.

À ce sujet, le Colonel DEMBELE tranche : «les équipements seulement ne suffisent à endiguer le terrorisme».

Pour lui, le renseignement reste un atout majeur dans cette guerre asymétrique. D’où la sollicitation d’une plus grande collaboration des populations avec les FAMa. C’est pourquoi il a tenu à saluer l’action décisive des populations de Kati qui ont permis à l’armée d’appréhender plus facilement les terroristes qui s’étaient dispersés dans la ville après l’attaque du camp militaire.

Aujourd’hui, grâce à cette collaboration, a-t-il fait savoir, au moins 5 à 15 djihadistes sont interpellés par jour à Bamako et environ.

Par Abdoulaye OUATTARA 

Source : Info-Matin

MaliwebCrise malienne
La Direction de l’Information et des Relations publiques des Armées (DIRPA) a organisé, ce jeudi 11 août 2022, une conférence de presse pour faire le point sur les opérations militaires sur les théâtres des opérations.  Lors de cette rencontre avec les hommes de médias, le patron de la DIRPA, le...