Afin de barrer la route aux populistes et pour défendre les acquis de notre jeune démocratie contre un régime dictatorial qui risque de s’installer à nouveau dans ce pays, les « enfants » de la démocratie n’ont aucune alternative que de se rassembler. À défaut, ils vont périr un à un et disparaître définitivement de l’échiquier politique nationale.

Les politiciens qui veulent se faire une virginité politique en incriminant les acteurs du mouvement démocratique de mars 91 comme étant à l’origine de tous les maux de ce pays se trompent d’adversaires et de combat. Notre combat aujourd’hui c’est de bâtir un Mali Fort et Uni ! Notre adversaire commun ce sont les groupes extrémistes violents qui contrôlent la quasi-totalité du territoire national !

Les gouvernements successifs de juin 92 à maintenant étaient composés à la fois de politiques, de civils, de militaires, d’opérateurs économiques, de syndicalistes, de disciples de « guide spirituel »,… Chacun a fait ce qu’il pouvait ou devait faire à son niveau pour éviter le chaos dans lequel notre pays a été plongé. Que chacun assume sa part du bilan qu’il soit positif ou négatif quitte à présenter ses excuses au peuple malien. Arrêtons de se culpabiliser surtout au moment où nos ennemis sont en train de nous imposer leur agenda.

Le Mali « Koura » ne se fera pas dans la division, les invectives, les intimidations,…Nous sommes issus de différentes familles, nous avons des aptitudes et des attitudes différentes, nous n’avons pas peut-être le même idéal et la même vision mais nous avons en partage le Mali. C’est ce Mali que nous léguerons un jour à nos enfants et à nos petits enfants. Unissons nos efforts pour le relever. Toutes les grandes nations de la planète ont connu des périodes de graves crises existentielles. C’est à l’issue de ces crises qu’elles ont amorcé leur décollage économique et socio-culturel.

Le Mali ne fera pas exception à cette règle car nous sommes une grande nation! La crise que nous vivons est une énorme opportunité pour notre pays car elle nous permettra de nous Unir pour bâtir ensemble un avenir commun et radieux. En tout cas c’est cela notre rêve. Le rêve certainement de tout bon malien !

Si nous voulons voir une nouvelle race de politiciens, de cadres administratifs, de militaires,… émerger à partir du coup d’État d’août 2020, nous devons d’abord apprendre à surpasser nos égos, nos émotions. Les démocrates de mars 91 n’avaient pas la même vision pour gérer le Mali après la chute du régime autocratique du GMT (Général Moussa Traoré) mais ils étaient tous convaincus que pour faire partir ce régime il fallait une union sacrée. C’est pour cela que chacun a mis son intelligence et ses moyens au service du collectif pour arracher la démocratie. Certains ont perdu leur emploi et leur santé, d’autres leur vie. Le stade du 26 mars, le monument du 26 mars, le cimetière du 26 mars, la pyramide du souvenir, sont là pour nous rappeler constamment que la démocratie a été conquise dans les larmes, dans la sueur et dans le sang.

Voilà pourquoi les démocrates de façon générale et plus particulièrement les enfants de la démocratie malienne doivent restés ensemble malgré leurs égos, leurs intérêts privés et leurs divergences de vue pour que notre pays puisse renaître de ces cendres comme le phœnix.

Sambou Sissoko

Source: Le Démocrate 

MaliwebCrise maliennemaliweb
Afin de barrer la route aux populistes et pour défendre les acquis de notre jeune démocratie contre un régime dictatorial qui risque de s’installer à nouveau dans ce pays, les « enfants » de la démocratie n’ont aucune alternative que de se rassembler. À défaut, ils vont périr un à un...