Présentement, les agents des eaux et forêts broient du noir dans l’exercice de leur fonction et souffrent de l’incompétence du Directeur national à appliquer les textes. Ce dernier ne roulerait que pour des ONG au seul but de satisfaire ses besoins pécuniaires. Le service des eaux et forêts a fait la fierté de notre pays dans le temps à travers sa grande capacité à faire de la conservation de la nature une réalité. Le garde forestier a été à l’abri des besoins de sécurité par l’importance qui lui avait été octroyée par les toutes premières autorités des heures de l’indépendance.

Hélas, ces hommes et femmes en tenue sont exposés de nos jours. Ils sont vulnérables du manque d’équipements appropriés leur exposant aux malfrats. Comme si cela ne suffisait pas, l’actuel directeur national est très contesté par les agents pour avoir une passion démesurée aux OGN où il aurait plus de pécune que la condition de ses hommes.

Des cas d’atteinte aux soldats de la conservation de la nature sont devenus monnaie courante. Ce, malgré la ratification des grandes conventions internationales dans le cadre d’une protection de l’environnement.

Les principaux acteurs de ces dites conventions, à savoir ces braves agents des eaux et forêts, sont les boucs émissaires de certains politiques véreux. Nonobstant les dizaines ou des centaines de milliards de certains partenaires à faire de cette lutte de la conservation de l’environnement une réalité, le chaos et le désordre restent le mot d’ordre du secteur. Le Directeur Général est pointé du doigt accusateur comme étant le principal complice des autorités politiques en la matière.

A suivre!
Baladji TOURE

Source: Reflet d’Afrique

MaliwebCrise maliennemaliactu
Présentement, les agents des eaux et forêts broient du noir dans l’exercice de leur fonction et souffrent de l’incompétence du Directeur national à appliquer les textes. Ce dernier ne roulerait que pour des ONG au seul but de satisfaire ses besoins pécuniaires. Le service des eaux et forêts a...