Le Président de la France Emanuel Macron pensait toujours que le Mali, après son ascension à l’indépendance de 1960, demeure toujours la propriété de la France. Pour arracher le Mali du joug du colonisateur, le président de la Transition Assimi Goïta et le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga ont, depuis la rectification de la Transition, mené une lutte sans merci contre les agissements impérialistes de la France, d’une part. Et d’autre part, laver l’affront d’un Mali humilié, trimballé et devenu la risée du monde à cause d’une gouvernance chaotique et cauchemardesque.

Le combat de la souveraineté et de la libération du Mali a commencé par le discours du PM Choguel Kokalla que beaucoup de Maliens ont qualifié ‘’d’historique’’, prononcé le 25 septembre 2022 à la Tribune de la 7ème assemblée générale des Nations Unies. Se sont suivis successivement l’expulsion, lundi 31 janvier 2022, de Joël Meyer (l’ambassadeur de France au Mali), et la dénonciation des traités et accords de défense avec la France. Depuis lors, Macron a complètement perdu les pédales, voyant volatiliser les multiples intérêts de son pays, la France, au Mali. Du coup, il s’est adonné à son sport favori : raconter des balivernes sur les autorités de la Transition et sur le Mali. Pire, au cours d’une visite en Guinée Bissau, il a incité à la guerre civile au Mali. De la réponse du berger à la bergère, le porte-parole du Gouvernement de Transition malienne, à travers un virulent communiqué, l’a remis à sa place. Il exige de Macron « d’abandonner définitivement sa posture néocoloniale, paternaliste et condescendante pour comprendre que nul ne peut aimer le Mali mieux que les Maliens eux-mêmes » et ce, après avoir « condamné ses propos haineux et diffamatoires qui sont de nature à susciter la haine ethnique et à porter atteinte au vivre ensemble ».

De grâce qu’il parle de son pays et non du Mali. Son arrogance est inacceptable. Ces propos haineux tenus par le Président Français ne donnent-t-ils pas raison aux nombreux Maliens qui pensent que la France est à la base des récentes différentes attaques désespérées contre les emprises des forces armées maliennes?

A mon humble avis, il faut que Macron et sa France sachent que quand le déclin s’annonce, il est bon de reconnaître les péchés impardonnables commis aux peuples africains, en complicité avec certains politiques véreux, à la solde de ce pays hypocrite, sanguinaire, pyromane… Quoi qu’il advienne, cette transition restera gravée dans la mémoire de Macron et de certains  hommes politiques écervelés.

Avec cette transition, le Mali ne sera plus la risée publique, comme auparavant que certains pensent continuer la gestion de ce pays dans l’esclavage de l’éternité. De ce fait, une union sacrée s’impose pour soutenir les plus hautes autorités dans cette dynamique de briser le mythe de ce pays qui a trop duré dans le néocolonialisme en rejetant la souveraineté chèrement acquise par le grand peuple digne du Mali.

A.Touré

Source: Le Démocrate- Mali

MaliwebCrise malienneEditorialMali actu
Le Président de la France Emanuel Macron pensait toujours que le Mali, après son ascension à l’indépendance de 1960, demeure toujours la propriété de la France. Pour arracher le Mali du joug du colonisateur, le président de la Transition Assimi Goïta et le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga ont,...